La place 0-5 ans: une vraie farce

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Nouvelliste
OPINIONS / «Je suis enceinte!» Avant même d’en informer la famille, on s’inscrit sur le site la place 0-5ans pour se mettre sur les listes d’attente des garderies.

Attente est bien le bon mot… Est-ce que mon milieu de travail est affilié au CPE? Non. Est-ce qu’un frère ou une sœur fréquente ou a déjà fréquenté le service de garde? Non. Est-ce que je l’ai moi-même fréquenté? Non. Est-ce que j’ai un statut d’immigration me plaçant dans une position précaire? Non. Est-ce que mon enfant a des besoins particuliers? Je dirais que oui… il a été hospitalisé sept fois en 2018 pour son asthme, donc je cherche une garderie sans tapis, sans animaux et non-fumeur. Mais il n’y a nulle part pour faire valoir ce besoin particulier.

Je suis le genre de personne qui ne gagne jamais quand je m’inscris à un concours. Un karma partagé par plusieurs. Ça fait longtemps que j’ai déchanté lorsqu’on parle d’obtenir une place en CPE. «Gagner à la loterie», expression utilisée pour décrire le sentiment des parents qui trouvent une place en CPE est élargi depuis longtemps à une place en milieu familial ou en garderie privée à coût élevé.

Cela fait trois fois que je cherche une garderie pour mon enfant (retour du congé de maternité, fermeture de notre garderie privée en milieu familial et fermeture sans préavis de notre garderie subventionnée en milieu familial). La dernière fois a été de loin la pire.

Quand on dit qu’il n’y a pas de places, c’est qu’il n’y a pas de places! Même les milieux les moins intéressants visités par le passé sont pleins. On se croirait en 1920 où les services de garde étaient inexistants et qu’on demandait aux femmes de rester à la maison, au prix de leur carrière et leur indépendance financière. La féministe en moi n’a pas le choix de constater que l’absence de mesures a un impact direct sur les familles, mais en particulier sur les femmes. Qui subit des pertes financières pour les heures non travaillées? Qui ne remplit pas son fonds de pension pendant qu’elle reste à la maison? Qui arrête de cumuler de l’ancienneté? Qui voit sa charge mentale s’alourdir en pensant au boulot qui s’accumule tout en mettant ses efforts à trouver une garderie?

Le pas à franchir est mince pour affirmer que si ces conséquences étaient vécues par des hommes, peut-être que le ministre de la Famille agirait plus rapidement. Bien que père de famille, cet homme ne vivra jamais l’anxiété vécue par les femmes due à la pénurie de places en garderie, parce que je suis certaine que c’est madame qui ferait (subirait) les compromis d’horaire et qui veillerait au grain pendant que monsieur travaille. Si monsieur le ministre restait à la maison en raison d’une pancarte fermée sur la porte de sa garderie, peut-être que ses décisions iraient dans le sens du gros bon sens.

Récemment, j’entendais encore, en réponse à la mère qui dit avoir fait plus de 120 appels pour trouver une garderie ou à celle qui a fait le CV de son enfant, que la situation devrait s’améliorer pour 2022. Réponse stupide et déconnectée de la réalité: nos enfants vont avoir 3 ou 4 ans d’ici ce temps-là! On (majoritairement les femmes) devrait passer deux ans à la maison avant le gouvernement se déniaise?

Pour quels projets le gouvernement injecte-t-il de l’argent et du temps? La maternelle 4 ans qui va à l’encontre d’une trâlée d’experts affirmant qu’intervenir à 4 ans c’est déjà trop tard, que les places devraient cibler les milieux défavorisés, sans compter les critiques de ne pas exploiter le réseau des CPE pour soutenir ce projet. Il travaille aussi à rétablir une équité des frais de garde entre le milieu privé et subventionné. La dernière cause est noble, mais est-ce LA priorité? Est-ce que le ministre de la Famille pourrait s’abonner aux pages Facebook des mamans qui cherchent des garderies et être témoin de l’absence de réponse des services de garde? Pourrait-il lui-même se mettre sur la liste 0-5 ans, juste le pour fun, pour voir dans combien d’années le téléphone va sonner?

Qu’est-ce qu’on attend pour créer des places en garderies? Parce qu’en attendant, j’ai trouvé une garderie privée en milieu familial, avec un tapis, deux chiens et pis des cigarettes qui se fument en l’absence des enfants… La pédiatre ne sera pas contente. C’est ça ou je reste à la maison.

Pascale Lahaie

Trois-Rivières