La neutralité de l’État n’existe pas

OPINIONS / Alors que la laïcité signifie, grosso modo, la séparation des pouvoirs politiques et religieux, avouons que la neutralité de l’État n’existe pas.

Choisir la monarchie constitutionnelle, la «social-démocratie» ou un autre système politique n’est pas neutre. Asseoir la famille sur la monogamie plutôt que sur la polygynie ou la polyandrie n’est pas neutre. L’histoire politique et juridique n’est pas neutre. Manifestement, derrière le concept de neutralité se profile celui d’uniformité.

Pour s’en rendre compte, il suffit de regarder l’histoire de cette France laïque qui n’a pas toujours été neutre malgré toutes ses prétentions.

Comme l’a signalé il n’y a pas si longtemps le célèbre Gérard Depardieu, il ne faut pas oublier que la République française a commencé avec les pires intégristes, les Robespierre, les Saint-Just, les Fouquier-Tinville. Très tôt, les nouveaux grands hommes de la France se sont mis à faire des bûchers et à couper des têtes en guise de bienvenue à la République!

Par la suite, que dire de la neutralité de l’État français face au Maghreb, à l’Afrique subsaharienne, au Tchad, à l’Indochine, à l’Algérie? Et j’en passe.

Ainsi l’hypocrisie est telle que l’on s’empresse d’élaborer des leçons de morale et de projeter dans l’avenir les mêmes rêves: une fraternité planétaire, un communisme universel, une démocratie mondiale, une fusion oecuménique de tous les théismes, athéismes, monothéismes, polythéismes, bref l’utopie des utopies!

Enfin, disons que si la France est le pays des Lumières, il faut toujours se rappeler qu’il existe, bien sûr, une lumière qui éclaire et qui nourrit, mais qu’il y en a une autre qui éblouit et qui dessèche. D’où l’importance de la prudence dont parlaient les Anciens. Car le Québec comme la France ne doivent pas échanger le grain obscur des choses contre la paille luisante des mots. N’est-il pas significatif à cet égard que nos pays semblent incapables de proposer l’engagement, le dépassement, l’aventure au sens fort du terme. Ce n’est d’ailleurs pas sans raison que le philosophe Michel Onfray rappelle que nos États érigent en modèles «des comédiens de série B, des animateurs télé, des footballeurs décérébrés, des acteurs de cinéma, des chanteurs de radio-crochets télévisés...»

André Désilets

Trois-Rivières