La magie de Noël et les traditions

OPINIONS / Non, le père Noël n’existerait pas! L’autre jour, j’entendais un père de famille à la radio dire que c’est mentir aux enfants que de les faire rêver au père Noël. Que c’est important que son fils de trois ans sache que c’est lui qui achète les cadeaux avec l’argent de son travail.

La fête de Noël, millénaire, est celle des enfants, des tout-petits. Peut-on au moins leur laisser leurs rêves, leur imaginaire? Qui plus est, une publicité annonçait dans un centre commercial la parade des cadeaux et non plus la parade du père Noël. Même nous, adultes, n’avons-nous pas besoin d’un peu de rêve, de magie dans nos vies parfois dures?

Chez nous, Canadiens français, nous avons une tradition, celle de la messe de Noël. Au fait, avez-vous essayé de trouver une crèche de Noël dans un commerce? Ou les personnages de la crèche? Il n’y en a plus. Moi, je me rappelle, étant ado, des messes de Noël à la chapelle du Séminaire Saint-Joseph, à laquelle j’assistais avec mon père et mon grand-père. Heureusement, aujourd’hui, nos églises appellent encore les chrétiens à Noël et nos chorales entonnent le Minuit, Chrétiens! et le Ça! bergers, assemblons-nous!

Nostalgie, folklore, vous allez me dire! Peut-être, mais on est tellement «à genoux» devant la loi de la laïcité qu’on est en train de jeter par-dessus bord tout ce qui relève de nos coutumes et traditions. Allons-nous capituler parce que le Québec est laïque? Non, ne vous méprenez pas, la loi oblige les personnes en autorité à ne pas porter de signes religieux, mais pas dans notre vie courante à tous. Personnellement, j’ai le goût de faire un Noël traditionnel avec la messe et le repas familial. Je ne renierai pas mes origines chrétiennes. Chaque chose à sa place et pourquoi pas.

André Gendron

Shawinigan