La Journée mondiale des consommateurs sous le signe du climat

OPINION / Le 15 mars 1962, le président John F. Kennedy, était le premier à proclamer, devant le Congrès américain, les droits fondamentaux des consommatrices et consommateurs: le droit de choisir, le droit d’être informés, le droit à la sécurité et le droit d’être entendus. En souvenir de cette déclaration historique, depuis 1983, le 15 mars souligne la Journée mondiale des droits des consommateurs.

La journée coïncide cette année avec le mouvement de grève pour le climat initié par les étudiants dans une quarantaine de pays. Le Service d’aide au consommateur joint sa voix et ses actions à cet évènement. Nous marcherons dans les rues de Trois-Rivières avec les jeunes de la Mauricie afin de démontrer notre solidarité et faire front commun. Notre organisme fait la promotion d’une consommation responsable et soutenable. Force est de constater que de nombreux citoyens sont encore convaincus qu’une bonne économie peut se bâtir au détriment de la nature! Le dogme d’une croissance illimitée sur une planète aux ressources limitées n’est pas économiquement viable pour la grande majorité des terriens.

Considérant la surconsommation et la surproduction qui caractérisent l’idéologie de nos sociétés contemporaines, nous croyons que des transformations profondes sont nécessaires. Nous ne pouvons nier le lien entre notre mode de consommation actuelle et les impacts sur le climat et la planète. Comme le mentionne l’instigatrice de la grève, la jeune activiste suédoise Greta Thunberg, qui depuis août dernier fait la grève chaque vendredi devant le parlement suédois pour demander à son gouvernement des changements radicaux face à l’urgence climatique: «Ceci est la crise la plus grave que l’humanité ait jamais subie. [...] Je ne veux pas que vous soyez plein d’espoir. Je veux que vous paniquiez. Je veux que vous ressentiez la peur que je ressens tous les jours. Et ensuite je veux que vous agissiez. Et si les solutions au sein du système sont impossibles à trouver, nous devrions peut-être changer le système lui-même.»

Nous profitons de la Journée mondiale des consommateurs pour encourager la population à appuyer les jeunes dans leurs revendications. Car si nous avons la prétention de revendiquer des droits comme consommateurs, cela sous-entend aussi que nous avons des responsabilités. Mieux vaut une grève pour le climat qu’un climat en grève contre l’humanité. Agissons maintenant face au réchauffement climatique et disons OUI au réchauffement politique!

Sébastien Bois

Service d’aide au consommateur

Shawinigan