La guéguerre de la laïcité

OPINIONS / Encore quelques semaines et on pourra passer à autre chose. Le projet de loi sera adopté et on retiendra que dans l’ensemble, le débat prélégislation aura été civilisé. Regrettable toutefois que certains écarts soient survenus ici et là; mais bon… on s’y attendait un peu.

Force est de constater par contre que la plupart des flèches un peu blessantes ont été lancées par les tenants du statu quo, soit quelques personnes qui considèrent que l’interdiction des signes religieux ostentatoires au travail est une attaque à leurs croyances, à leurs valeurs. D’où les mots xénophobe, raciste abruti et obtus. (les deux derniers parus dans cette page le 8 mai dernier). Curieux, quand même, que ce soit chez les plus croyants surtout que l’on observe ces débordements. Le Dieu qu’ils adorent (Allah, Christ ou autres) ne devrait-il pas justement leur inspirer davantage de respect pour les semblables qui ne partagent pas toutes leurs convictions?

Mais, soyons réalistes et bons joueurs. Le débat actuel et sa conclusion présumée ne représentent qu’une étape de notre évolution sociale. Dans peut-être deux décennies où les agnostiques (j’en suis) et les athées seront majoritaires dans les pays industrialisés, on aura peine à croire qu’il a fallu au Québec en 2019, une certaine guéguerre et une loi pour que les employés de l’État laissent leur foulard ou leur crucifix à la maison avant d’aller travailler. Dans 50 ans, on dira: autres temps, autres mœurs.

Roger Matteau

Shawinigan