Le maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, n'a pas obtenu la collaboration de la majorité du conseil municipal dans l'adoption du budget annuel.

La «dictature de groupe»

Lettre adressée au maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, en réaction aux propos qu’il a récemment tenus.

Monsieur le maire,

N’avez-vous donc jamais dicté des lettres? Vous seriez donc un «dictateur», comme dirait l’autre!

L’incongruité de l’affirmation précédente illustre bien la faiblesse de votre idéologie politique face à l’adversité et pis encore, vis-à-vis la divergence d’opinion exprimée par des élus; les conseillers municipaux nous représentent… et ils doivent donc exprimer l’opinion du peuple!

Parce que huit conseillers, sur les quatorze élus du Conseil municipal, dictent une lettre pour demander, démocratiquement, une «réunion extraordinaire» du Conseil municipal, ils font donc, comme vous le dites, «de la dictature de groupe»? 

Pourtant, il n’y a pas si longtemps, vous agissiez en «Napoléon de la démocratie de groupe» en affirmant pompeusement que la majorité des membres du conseil municipal s’était montrée favorable aux projets de Trois-Rivières sur Saint-Laurent, l’amphithéâtre, les jeux d’eau, etc.

Serait-ce parce que cette fois-ci la majorité des membres du conseil va à l’encontre de votre «planification budgétaire unilatérale» qu’ils sont des hérétiques ?

Soit! Soyez Cambronne et criez que «la garde meurt mais ne se rend pas»; ne votez donc pas pour les «modifications budgétaires démocratiques» et «mourez» pour la gloire de votre dictature! Nous n’en serons que libérés!

Cependant, soyez suffisamment noble pour ne pas accuser ceux qui «sont au bain» de souhaiter vous y amener afin de vous servir une douche froide!

La «démocratie», Monsieur, n’est pas de la dictature de groupe; elle est l’expression de la majorité et il vous faudra bien en
prendre acte à défaut d’y participer de bon gré!

Vous n’êtes pas un potentat, vous êtes un magistrat!

Jean Paquette

Trois-Rivières