La COVID-19 et les embrassades

OPINION / Avec le coronavirus et le port du masque lors du déconfinement, lequel aura lieu bientôt, il sera très difficile de s’embrasser sur les deux joues et de se donner l’accolade.

Mais quelle est cette manie de s’embrasser sur les deux joues lorsqu’on rencontre une connaissance et même lorsqu’on nous présente quelqu’un?

Toute ma vie adulte, j’ai détesté cette pratique. Peut-être parce qu’étant bien souvent la seule femme professionnelle dans un monde dominé par les hommes, j’avais le sentiment que ces «becs» nous remettaient à notre place et nous disaient qu’on était de bien belles petites choses, sans influence, et qu’on ne tolérerait pas la confrontation venant de nous. Pourquoi ne pas juste se serrer la main, comme deux hommes le feraient et encore mieux, à la japonaise, incliner la tête pour saluer ceux qu’on reconnaissait

J’ai essayé de faire disparaître cette manie à mon égard, par tous les moyens possibles. Je sais que, bien des femmes me demanderont, de quoi je me plains?

Eh bien je me plains de ne pas avoir mon propre pouvoir de décision, mon intimité, du non-respect témoigné ainsi envers mon mari, qui est mon amoureux qui comble tous mes besoins de rapprochement, de mon désir de ne pas vouloir ces rapprochements, venant d’étrangers!

Grands-parents, amis et connaissances, vous avez hâte d’embrasser vos petits-enfants, vos proches, vos amis; demandez-vous si eux désirent vous embrasser. Nous ne sommes pas tous en mal de si grands rapprochements qui sont parfois «faits mécaniquement». Alors, laissez vos petits-enfants venir à vous.

C’est meilleur lorsque c’est réciproque, lorsque c’est vrai et exceptionnel.

Chantal De Longchamps

Bécancour