La conseillère Mariannick Mercure.

Je vais bien, M. Gervais!

OPINIONS / Dans une lettre ouverte qui m’était adressée lundi, un citoyen et futur candidat aux élections municipales, M. Luc Gervais, questionne mon sens de la démocratie et me somme de respecter «l’opinion de tout le monde et (de) représenter (mes) citoyens (…)».

Je ne représenterai toutefois jamais l’opinion d’un raciste comme M. Gervais qui affirme publiquement sur les réseaux sociaux que le «référendum est un affaire de peuple québécois (et que) nous devons faire interdire les votes ethniques».

Je ne représenterai jamais non plus les opinions climato-négationnistes comme les siennes, lorsqu’il affirme, par exemple, que la crise environnementale «n’est qu’une domination des gouvernements pour nous faire obéir» ou lorsqu’il remet en question le consensus scientifique à grand coup d’opinions sur la météo avec des affirmations telles que: «vous m’en reparlerez cette hivers à -30 de votre réchauffement de planète ».

Mais M. Gervais n’est pas qu’un grand démocrate et un expert en sciences climatiques. Il s’y connaît aussi en santé mentale, alors qu’il se dit d’accord avec l’idée que je «frise la psychose», crois que je vis un «instant euphorique démesuré» ou que je souffre «d’écoanxiété». Je vous rassure, M. Gervais: ma santé mentale va très bien, malgré vos attaques et malgré un certain découragement de savoir qu’en 2019 il existe toujours des racistes et des négationnistes comme vous dans notre société. Non seulement je vais bien, mais le remède à cette anxiété, justifiée par l’extinction de masse à laquelle nous faisons face, il se retrouve dans une mise en action collective, et c’est précisément au sein de ce mouvement mondial en pleine émergence que je me positionne.

Mariannick Mercure

Conseillère du district des Vieilles-Forges, Trois-Rivières