Le but de l’auteur est faire comprendre que la grande majorité des travailleurs d’ABI sont conscients d’avoir un emploi de qualité et bien rémunéré.

Je suis un employé d’ABI

Ce que l’on voit n’est pas assurément ce qu’il en est.

Si cette phrase n’a pas encore été dite par un quelconque philosophe, je me l’approprie. Voilà un premier point pour lequel vous pourrez me critiquer afin de détourner l’attention du fond de cet article tel que le ferait un bon politicien, entre autres.

Mon message sera bref et simple afin qu’une grande majorité des lecteurs le comprenne et l’applique:

Chaque fois que vous lirez un article, que vous regarderez un reportage, une nouvelle, un «post», etc... Posez-vous les trois questions suivantes:

Qui est l’interlocuteur?

Qui représente-t-il?

Quel est le but de son message et à qui profitera-t-il?

Ceci vous permettra d’avoir une compréhension plus juste et votre opinion sera certainement plus réfléchie.

Par exemple, lorsque vous lisez un article dans un quotidien dont les propriétaires sont reconnus comme étant associés au parti politique libéral, il y a de fortes probabilités que l’ensemble des articles publiés dans ce média favorise, ou du moins ne nuise pas, au parti en question.

De même, voyez plus loin que ce que vous entendez.

Autre exemple: les employés de l’ABI négocient leur convention collective. On voit plus de 1000 travailleurs qui tentent de conserver des avantages qu’ils ont acquis et qui font l’envie de tous. Contre eux, deux multinationales qui cherchent à améliorer leurs profits (ce qui est tout à fait normal) jouent à un tout autre niveau l’enjeu de cette négociation. Les employés, des numéros, ne sont qu’une «arme» parmi tant d’autres pour obtenir des résultats. La masse salariale représente environ 10 % des dépenses. La consommation électrique coûte plus de 30 %. Le véritable enjeu serait peut-être ailleurs que le fonds de pension et le respect de l’ancienneté. Les élections approchent, l’importance socio-économique de ces emplois et tant de choses que nous ignorons serviront peut-être à inciter encore une fois le gouvernement à réduire les tarifs d’électricité de cette usine et bien sûr ultérieurement ceux de leurs autres usines. Et tant mieux si en plus, les travailleurs diminuent leurs avantages, ils pourront donner des bonus plus alléchants à leurs «bourreaux».

Alors posez-vous les questions ci-haut énoncées.

Qui suis-je pour écrire cet article?

Qu’est-ce que je représente?

Quel est le but et à qui peut profiter cet article?

Je vais vous aider pour cette fois-ci.

Je suis un employé d’ABI.

Même si mon article est totalement personnel et ne représente pas l’opinion du syndicat, je suis un employé syndiqué présentement en lock-out.

Le but est de faire comprendre que la grande majorité des travailleurs d’ABI sont conscients d’avoir un emploi de qualité et bien rémunéré.

Et finalement, j’espère que tous pourront utiliser ces quelques conseils pour être davantage critiques et que, ultimement, mes propos profiteront à tous ces employés qui sont pris en otage entre des multinationales à la recherche, sans considération, de profits et l’idéologie des grands syndicats qui se battent pour obtenir une certaine «justice» pour tous les travailleurs.

Alain Després

Trois-Rivières