J’aime mon Nouvelliste!

OPINIONS / Enfant, je me rappelle que mes parents étaient abonnés au Soleil de Québec. Nous habitions alors à Saint-Adelphe. Jeune adulte, Le Nouvelliste a ensuite pris le relais dans notre village. Dès cette époque, je me passionnais d’une page de roman publié quotidiennement. J’ai pris soin de découper ces extraits de romans pour les lire à un moment plus opportun.

Depuis notre déménagement à La Tuque en 1956, je n’ai jamais manqué un numéro du Nouvelliste. En fait, je lis le journal d’un bout à l’autre soit le matin en buvant mon café ou en fin de soirée. J’apprécie avant tout les nouvelles locales, même les nouvelles sportives.

J’aime aussi chercher les huit erreurs entre les deux dessins en apparence identiques dans la section divertissement, lire les bandes dessinées, jeter un coup d’œil à la nécrologie et surtout lire attentivement l’éditorial du jour. C’est devenu une façon de vivre à laquelle je suis attachée.

Je suis donc fidèle au journal depuis très longtemps, au-delà de 70 ans. Je tiens avant tout à l’édition papier. Je ne me sens pas à l’aise avec l’idée de lire Le Nouvelliste sur une tablette numérique. J’espère donc que le journal me restera autant fidèle que moi pour lui. Tiens! On dirait presque une relation amoureuse!

Un grand merci au journal Le Nouvelliste pour son professionnalisme et j’oserais dire aussi sa courtoisie. J’en ai personnellement fait l’expérience lorsque des articles ont été publiés lors de mes voyages en Afrique. Je souligne aussi la délicatesse entourant les nombreux reportages et témoignages liés à la tragédie de la Polytechnique du 6 décembre 1989. Ma grande fille Annie St-Arneault a été l’une des quatorze victimes de ce drame. Cela fera trente ans au mois de décembre prochain.

Je porte une admiration particulière à l’éditorialiste Martin Francoeur. Je souligne aussi les beaux articles signés par Brigitte Trahan qui était notre voisine sur la rue Corbeil à La Tuque lorsqu’elle était enfant. Que dire aussi de Marc Rochette qui a exprimé tant de tendresse à toute ma famille, particulièrement à mon fils Serge, missionnaire en Afrique. Depuis les deux dernières années, Audrey Tremblay a publié plusieurs entrevues au sujet de nos efforts pour un meilleur contrôle des armes à feu au Canada.

Je m’ennuie par contre des articles de David Goudreault qui n’apparaissent, généralement, qu’une fois par mois. Mais ça, je le sais, ça ne dépend pas du journal. Oh! J’allais oublier. J’ai finalement lu mes pages de romans que j’avais minutieusement conservés dans ma jeunesse. Il n’est jamais trop tard. Je les ai laissés au Malawi, en Afrique, lors d’un voyage en 2009.

Nul doute que vous devinerez que je souhaite lire Le Nouvelliste encore longtemps.

Laurette Perron

Trois-Rivières