Nouveau chef NPD Jagmeet Singh

Jagmeet Singh: peu de chances au Québec

Bien que M. Jagmeet Singh soit une personne vraiment aimable et sympathique, il serait très surprenant que ce monsieur et son parti percent ici au Québec. Ce parti n’a pas de racines profondes au Québec; il n’a pas sa place ici. C’est un parti du Canada anglais. La vague orange de 2011 fut un accident de parcours; ce tour de force est dû uniquement à la personnalité attachante et un exceptionnel charisme de Jack Layton.

Il est probable que son identité religieuse ait à voir et pose problème. Imaginerait-on une personne de nationalité chinoise bien qu’étant née, ayant grandi et vécu la majeure partie de son existence, ayant gravi tous les échelons de la vie politique s’élever et s’installer au plus haut poste de l’État, représenter la République démocratique du Congo par exemple? Pareillement, peut-on imaginer une personne iranienne de confession musulmane et pratiquante, habillée et costumée, représenter dans le monde comme étant le premier ministre d’un pays comme le Canada? Ce ne sont que des exemples.

À regret, je dois dire qu’il en est ainsi de la situation dans laquelle se trouve Jagmeet Singh même si on se refuse d’y croire. Le rejet de Thomas Mulcair, un Québécois de souche qui a défendu bec et ongles les valeurs canadiennes et son parti a été remercié de façon cavalière et très ingrate, lui qui a par surcroît amené son parti presque aux portes du pouvoir. Les Saguenéens (et, à venir, les Québécois vraisemblablement) n’ont fait que remettre la monnaie de leur pièce à ceux qui ont rejeté un Québécois à la tête de leur parti à eux.

Quant au Nouveau Parti démocratique, à moins d’une résurrection prochaine de Jack Layton, j’estime que le NPD ne peut espérer s’approcher du pouvoir avant vingt ans. En ce qui me concerne, je considère que les personnes à la tête des pays du monde se doivent de respecter, d’être à l’image représentative de ceux et celles qui ont fondé ces pays à leur origine.

N’en déplaise à qui que ce soit, le Canada n’est pas le Pakistan, la Chine, l’Inde ou l’Iran.

Réjean C. Martin

Trois-Rivières