Il nous faut apprendre à jouer en équipe

OPINIONS / Depuis le 18 juillet, les personnes de 12 ans et plus doivent porter un masque ou un couvre-visage dans plusieurs espaces publics fermés, notamment les commerces de détail, partout au Québec.

Avec tout ce que j’ai lu comme critiques négatives à l’endroit de cette nouvelle mesure sociale, je conclus que la bravoure des opposants qui défient ouvertement la Santé publique du Québec reste définitivement à démontrer. Nous sommes bien loin de la Paix des braves.

Il nous faut donc comprendre que le changement n’est pas toujours bien accepté par certains. Leurs droits individuels supposément garantis par la Charte canadienne des droits et libertés ainsi que par le «guide de l’École nationale de l’humour» sont plus importants que le bien-être et la sécurité de l’ensemble de la société.

Il y a maintenant plus de 60 ans qu’un jeune homme de Shawinigan surmontait un lot de préjugés et d’interdictions dans sa décision de porter le masque. Un homme courageux, certainement pas un peureux, ce Jacques Plante.

Et maintenant, que le premier qui se sentirait prêt à braver, sans masque, des tirs de Zdeno Chara à 108 milles à l’heure se lève. Vous aurez compris qu’affronter une pandémie, c’est aussi cela! Il nous faut apprendre à jouer en équipe.

Michel Patenaude
Trois-Rivières