Il est plus que temps de faire de la politique autrement

OPINIONS / Je m’intéresse à la politique sur les scènes provinciale et fédérale mais pas de la manière dont ça se déroule. En politique, la perception égale souvent la réalité.

Or, il arrive que deux formations à Québec, le Parti québécois et Québec solidaire, ont tenu des conseils généraux de leurs membres au cours des derniers jours, et une autre, le Parti libéral du Québec, le fera cette fin de semaine.

Pour attirer les gens, rendons les partis intéressants et présentons des candidatures de choix. C’est bon pour les militants, ça va chercher du momentum et ça apporte une nouvelle dynamique aux diverses formations.

Ce sera le temps de recentrer leurs positions sur les différents enjeux au Québec. Selon moi, les élus doivent travailler sur un programme d’idées et non sur un brassage de structures qui n’intéresse mais pas du tout la population.

Je déplore, par exemple, que l’on parle beaucoup trop d’organisation, de centralisation, de ce qui est une façon d’éviter de parler des vraies choses.

C’est la raison qui fait que le gouvernement actuel à Québec a annoncé une foule de sujets réglés à la pièce et de façon trop expéditive.

Ainsi, pas plus tard qu’au cours de la semaine dernière et pour faire oublier une mauvaise nouvelle, le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) a amplifié d’autres dossiers, tels les commissions scolaires, les dossiers personnels des membres de Desjardins, tout cela pour faire oublier la bévue dans le dossier de l’immigration.

On aurait pu parler du mini-budget du ministre des Finances, Éric Girard, que l’on a escamoté. Ce ne devait pas être assez «sexy»!

Ce qui peut aider à changer cette tendance lourde, selon moi, c’est par exemple de mettre sur pied un comité des priorités. Les élus devraient agir avec plus de doigté et moins d’arrogance et plus de sobriété.

Un autre élément qui pourrait nous intéresser, nous les citoyens, concerne la cotisation des membres d’un parti.

J’entendais un collègue lors d’une rencontre partisane il y a quelques jours qui suggérait d’enlever la cotisation des membres et d’ouvrir à plus de sympathisants.

Pour moi, il est plus que temps de faire de la politique autrement avec la collaboration de toutes les forces vives en présence, soit tous les élues et élus de l’Assemblée nationale à l’avantage de tous les Québécoises et Québécois..

André Gendron

Shawinigan