Il est plus que temps de déconfiner nos aînés

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Nouvelliste
OPINIONS / Au cours des sept dernières semaines de la COVID-19, toutes les discussions, les nouvelles ont tourné autour des personnes âgées dans les CHSLD et avec raison. Il y a deux catégories d’individus: les aînés et les autres.

Au début du confinement, et le gouvernement et les internautes sur Facebook, notamment, ont affublé les personnes âgées de formules assez méprisantes du genre: «Envoye à maison!» ou «Restez chez vous!» ou «Sortez pas!» Ce n’est qu’une question de chiffre, que moi j’aie 75 ans et mon voisin en ait 60.

Puis, l’escalade du virus s’est poursuivie dans les CHSLD en nombre explosif avec des centaines sinon de milliers de décès. Le ton a monté d’un cran. Des milliers de travailleurs ont quitté les lieux impuissants et les autorités sont dépassées par la pandémie.

Et nous voici au déconfinement pour les ouvriers de la construction, les commerçants, les écoles, les garderies et bientôt les résidences des ainés autonomes et semi-autonomes. Et dans sa sagesse, la Santé publique n’oublie-t-elle pas les familles, les grands-parents en forme, autonomes, confinés à la maison, en appartement, en condo depuis huit semaines? Quel sort nous réservez-vous, messieurs Legault, Arrruda et madame McCann? Peut-on dire que nous les 70 ans et plus, on a écouté et compris les messages de la Santé publique et qu’il est plus que temps de déconfiner pour des rassemblements de famille?

J’ai consenti de façon éclairée à suivre les consignes. On est capable d’être responsables et c’est à notre tour de nous laisser parler d’amour! Ça fait du bien d’avoir de l’air. J’ai besoin de revoir mes petits-enfants, j’ai besoin d’en apprendre de mon fils et ma belle-fille sur comment ils vivent la pandémie. Vous savez que confinement rime avec isolement. Oui, ça fait du bien pour tous en cette Semaine de la santé mentale.

Je terminerai ma réflexion et j’enjoins tous les élus de l’Assemblée nationale à prendre acte de cet état de choses. On dirait que la démocratie est sur pause. Mesdames, messieurs, faites-vous entendre. J’ai hâte de vous écouter et notamment sur la présence de Joanne Liu, pédiatre urgentiste et présidente internationale de Médecins sans frontières lors de son passage à Tout le monde en parle le 3 mai dernier sur sa recommandation pour la formation pour aidants naturels comme piste de solution du drame vécu par le coronavirus. Elle faisait un parallèle avec la formation des bénévoles demandés par le gouvernement dans les CHSLD.

Oui, faisons davantage confiance aux aînés.

André Gendron Papa et grand-papa de 75 ans

Shawinigan