Réal Daneault
Réal Daneault

Hommage à un grand bénévole: Réal Daneault

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Nouvelliste
OPINIONS / L’auteure, Sylvie Gervais, est directrice générale du Centre d’action bénévole de Grand-Mère. 

Elle rend ici hommage à Réal Daneault, décédé le 4 avril dernier de la COVID-19 et dont les funérailles ont eu lieu le 15 août. Ce texte a d’ailleurs été lu lors des funérailles.

Servir pour vivre heureux!

Voilà ce qui résume le parcours de vie de Réal.

Rendre service aux personnes autour de lui par solidarité et par amour voilà ce qui rendait heureux et bien vivant notre ami Réal. Son regard s’illuminait.

L’entraide était au centre de sa vie, c’était ancré en lui. L’engagement bénévole était son mode de vie. Sa façon de faire la différence dans la vie des enfants, des familles, des malades, de ses amis et de sa famille.

Homme d’idées et d’action, il était partout où l’entraide était au rendez-vous. Leader né, il savait mettre à profit ses talents d’organisateurs et mobiliser son entourage avec ses qualités de rassembleurs et son charisme légendaire pour réaliser ses projets. Sa conjointe Lucie dira qu’il a toujours impliqué sa famille et ses amis dans tous les projets qu’il entreprenait. Qui d’entre nous n’a pas été approché par Réal pour donner un coup de main ou pour faire un don en argent pour une cause ? Il était un excellent solliciteur. On ne pouvait pas lui dire non. Les gens avaient confiance en lui car il était intègre. Un bénévole comme lui est souhaité dans toutes les organisations.

Voici quelques-unes de ses réalisations. Au Pavillon d’enseignement professionnel (PEP) où Réal était professeur en électricité, il a transformé le sous-sol en salle de jeu avec des tables de «Mississippi» sur ses heures de pause et de dîner pour occuper les jeunes. Très proche des jeunes, il était surveillant et prenait le temps de dîner avec eux. Il disait: «On va amuser nos jeunes pour qu’ils ne fassent pas de mauvais coups.»

À la pointe à Comeau, où il a déjà habité, il a organisé durant plusieurs années des fêtes pour les résidents de l’endroit et leurs familles sur son terrain privé. Il a aussi organisé annuellement une messe sur un grand quai flottant sur l’eau où il y avait entre 100 à 150 personnes. Connaissant sa débrouillardise, il a trouvé une bâtisse qui lui a été donnée s’il allait la démonter dans le bois. Comme on connaît bien Réal, il a rassemblé plusieurs bénévoles pour ce projet et aujourd’hui c’est cette bâtisse qui est devenue le centre récréatif de la pointe à Comeau.

Tout le monde sait que son terrain de jeu favori était sans contredit le parc de la Rivière-Grand-Mère. Il en était amoureux. Visionnaire et déterminé, il voyait en ce lieu unique une opportunité d’offrir une qualité de vie aux gens de notre milieu. Il a créé en ce lieu, des activités de loisirs pour petits et grands. Que de projets ont vu le jour grâce à lui à cet endroit. À titre de fondateur du Club de Ski de fond et de raquette Le Rocher, il y a 37 ans, il utilisait ce lieu magnifique pour non seulement y faire passer une piste de ski de fond mais aussi pour animer ce parc par la fabrication de glissades hivernales. Les écoles y amenaient les jeunes et les familles en profitaient le week-end pour se divertir. Le parc était animé. Je l’entends encore me dire: «ma plus grande récompense est de voir les enfants heureux avec leurs familles dans les glissades.»

Réal fut aussi membre fondateur du comité de développement du parc de la Rivière-Grand-Mère afin de rendre le parc plus accessible et sécuritaire pour la population. Rappelons-nous de la première grande corvée de nettoyage à l’automne 1997 pour laquelle étaient réunis une centaine de bénévoles en provenance d’une trentaine d’associations bénévoles d’ici, de la Ville de Grand-Mère et de ses cols bleus tous impliqués bénévolement. Du jamais-vu. À ses côtés, j’ai pu constater les capacités de cet homme que je découvrais à titre de nouvelle directrice du CAB. J’ai vu sa fierté de voir la mobilisation du milieu pour rendre le parc attrayant. Cette corvée avait pour objectif de nettoyer les abords et le lit de la rivière Grand-Mère pour y présenter «la course de pitounes», une activité-bénéfice pour le Club de ski de fond et de raquette Le Rocher, le comité de développement du parc de la Rivière-Grand-Mère et le Centre d’action bénévole, du temps où le bassin était rempli d’eau. Réal rêvait de canards dans le bassin comme autrefois pour le plaisir des utilisateurs du parc, ce que nous avons fait. Imaginez les péripéties de Réal et son équipe pour les récupérer à l’automne avant l’hiver. Que d’anecdotes et de rires nous avons eus tous ensemble! Plusieurs autres corvées ont été réalisées par la suite sous sa responsabilité.

En 2014, il a été d’un précieux soutien pour le Centre d’action bénévole de Grand-Mère pour aménager les locaux du comptoir alimentaire de Grand-Mère au Centre communautaire Saint-Jean-Bosco. À titre de bénévole, il a mobilisé plusieurs de ses amis membres des Chevaliers de Colomb de Grand-Mère Conseil 1209 et des partenaires pour aménager les locaux de ce service qui dessert depuis cinq ans plus de 270 familles démunies du secteur Grand-Mère. Nous lui devons beaucoup pour ce précieux coup de main.

Malgré sa santé précaire, à l’été 2018, il s’est impliqué avec d’autres bénévoles pour refaire une beauté à la clôture du cimetière Saint-Paul qui était très abîmée. Cet homme de foi disait avoir un profond respect pour les personnes qui reposent dans ce cimetière dont plusieurs membres de sa famille.

Homme de caractère, au franc-parler et de tempérament actif, il était infatigable. Sa ténacité n’a jamais été ébranlée malgré les nombreuses démarches étalées sur plusieurs années pour creuser le bassin du parc de la Rivière-Grand-Mère qui était à sec. Quel jour magnifique il a vécu lorsqu’il a appris que l’autorisation était donnée de creuser le bassin. Il était venu à mon bureau pour fêter ça et il m’avait dit à l’automne dernier: «j’aimerais organiser une fête familiale au parc de la Rivière pour fêter ça quand le bassin sera creusé. Peux-tu m’aider?» Une annonce qui le réjouissait tellement et qu’il attendait depuis si longtemps. Malgré sa santé affaiblie, il avait encore des idées et voulait servir.

L’hiver 2020 a été difficile pour lui sur le plan de la santé. Et au printemps, la COVID-19 ne lui a laissé aucune chance. Il a quitté notre monde entouré du personnel médical et avec, en prières, sa famille et ses amis qui ne pouvaient pas être près de lui en présence.

Réal, tes amours, Lucie et Olivier ont toujours été au centre de ta vie et t’ont rendu heureux. De là-haut, tu dois sûrement voir ton petit-fils Lou né à peine un mois après ton départ.

Tu as servi au meilleur de toi-même et ça t’a rendu heureux durant toute ta vie. Tu peux dire mission accomplie Réal pour tout le bien que tu as fait dans notre communauté. D’ailleurs, tu as été reconnu pour ton bénévolat exceptionnel à titre de récipiendaire du Trophée Frank Gauthier en 1997.

Tu es un être d’exception à qui nous devons beaucoup. Le Bon Dieu peut se réjouir d’avoir un bénévole comme toi dans son paradis.

Nous allons nous ennuyer de tes taquineries qui te rendaient si attachant et nous sommes convaincus que tu veilleras sur nous de là-haut.

Tu seras toujours présent dans nos cœurs. Nous t’aimons.

Bon voyage mon ami Réal !