Faire de la politique autrement?

Ainsi donc madame Boulet n’a plus la motivation pour continuer en politique, elle qui, il y a à peine quelques mois, accusait le député Giguère de lui manquer de respect parce qu’il avait entrepris de travailler à organiser une assemblée d’investiture dans le nouveau comté fusionné. Et on apprend que ce même monsieur Giguère, après que Philippe Couillard eut décidé que madame Boulet serait la candidate libérale dans le comté, a entrepris des démarches pour se présenter sous les couleurs de la CAQ contre madame Boulet. Assez intrigant, non?

Et que voit-on maintenant? Madame Marguerite Blais, ancienne ministre libérale sous Jean Charest, va se présenter pour le parti de François Legault. On a vu, dans le passé, des candidats caquistes (Barrette, Anglade, Proulx) passer aux libéraux pour être ministres. On voit donc des anciens candidats libéraux se présenter sous le drapeau caquiste parce que le vent semble avoir changé de bord.

Décidément, la politique se joue maintenant de façon bien différente de ce que j’ai connu comme militant durant plusieurs années. Caquistes et libéraux interchangeables. Chez les caquistes, pas d’assemblée d’investiture. C’est le chef qui préside le club privé et qui décide des candidatures sans assemblée d’investiture, ce qui en dit long sur le membership très restreint de ce parti. Sans machine électorale, il pourrait y avoir des déceptions... Ceux qui auraient envie de voter caquiste n’ont peut-être pas saisi que le changement qu’ils voudraient voir intervenir n’est qu’un changement de façade. Les mêmes gangs d’opportunistes, sous le couvert de vouloir servir le peuple, se lancent dans le courant qui, voudraient-ils, les mènera au pouvoir.

Et puis, on ne peut passer sous silence la crise que le mouvement souverainiste subit en ce moment grâce à madame Martine Ouellet. On ne sait pas si la traditionnelle machine péquiste pourra faire une différence. Là aussi la motivation est absente. Mais pas à cause d’une prime de départ de 150 000 $. En tout cas, dans ce parti, il y a encore des assemblées d’investiture parce que le parti appartient encore aux membres.

Claude Rompré

Shawinigan