Et les femmes dans tout ça?

L’auteure, Joanne Blais, est directrice de la TCMFM, membre de la Coalition des forces sociales Mauricie–Centre-du-Québec.

La Table de concertation du mouvement des femmes de la Mauricie a un souhait très cher dans le cadre de ces élections électorales au Québec: qu’elles tiennent compte des spécificités des femmes de notre région!

Précisément, soulignons un enjeu plus qu’important: la féminisation de la pauvreté. Nous croyons que pour éviter l’entrée dans la pauvreté et pour en favoriser la sortie, il faut des mesures. Force est de constater que cet enjeu n’est pas prioritaire dans le cadre de cette présente campagne puisqu’on constate que les partis en parle très peu. Rien de bien surprenant puisque la majorité des quatre principaux partis n’ont même pas pris en considération les enjeux spécifiques vécus par les femmes dans leurs plateformes. Comment alors pourrait-on s’attendre à des mesures spécifiques? D’autant plus pour un enjeu comme la pauvreté qui suppose d’apporter des changements à la racine du problème, donc des changements structuraux. Nous avons toutefois espoir que les candidats de toutes les circonscriptions pourraient prendre à bras le corps cette problématique et exposer publiquement les mesures que compte entreprendre leur parti une fois élu au pouvoir.

Nous croyons donc que les actions gouvernementales à venir devraient contenir des mesures pour favoriser l’autonomie économique des femmes. Ce concept fait référence tant à l’ensemble des programmes de sécurité sociale auxquelles les femmes peuvent avoir accès, qu’à l’autonomie financière des femmes, basée sur leur revenu de travail rémunéré. À cet égard, comment les cadidats prévoient-ils assurer l’accès des femmes à des professions d’avenir et à des formations qualifiantes? Comment valoriser les secteurs d’emploi à prédominance féminine? Envisagent-ils d’adopter une loi-cadre sur la conciliation travail-famille-études?

Nous interpellons également les candidats sur leur positionnement quant à la régionalisation des actions d’un gouvernement élu. Quelles seront leurs mesures pour s’assurer d’atteindre l’égalité pour toutes les femmes? En ce sens, nous souhaitons que le développement de toutes les régions du Québec soit équitable donc qu’il inclut toutes les femmes et particulièrement celles vivant à la croisée des oppressions dont la voix est très souvent ignorée. Au-delà de la décentralisation des pouvoirs promise par plusieurs partis, quel rôle jouera le gouvernement auprès de toutes nos régions? Nous souhaitons que des balises nationales claires soient instaurées afin d’assurer un arrimage efficient et structuré; nous souhaitons une équité interrégionale et la consolidation des structures et mécanismes régionaux. Nous espérons une application de l’analyse différenciée selon les sexes (ADS) dans les politiques, plans d’action et projets locaux et régionaux.

Peu de jours nous séparent du jour du scrutin, mais nous réitérons notre confiance en des discussions citoyennes où seront réellement abordés les enjeux qui touchent spécifiquement les conditions de vie des femmes.