Enfin, après 126 mois d’attente!

La nouvelle est tombée. Comme une caresse. Le site honteux de l’ancienne usine Belgo de Shawinigan sera nettoyé. La voie d’accès à la Cité de l’énergie par la route 153 sera enfin digne d’une ville qui mise beaucoup sur le volet touristique.

Depuis deux mois surtout, la saga de la décontamination des lieux – qui date quand même de 2008 – a refait surface dans notre quotidien, notamment dans cette page. Le maire Michel Angers a alors mis beaucoup de pression sur les candidats de Laviolette–Saint-Maurice au scrutin d’octobre prochain.

Le député libéral sortant Pierre Giguère a été le premier à réagir. Bravo! La représentante de la CAQ Marie-Louise Tardif a sûrement raté une belle occasion de s’engager publiquement. Elle s’est contentée de quelques commentaires négatifs plutôt que de saluer le dégel espéré du dossier et les millions de dollars consentis. Politique à l’ancienne oblige. Ça va changer un jour, mais quand?

Les journalistes Martin Francoeur et Mathieu Lamothe entre autres, ont très bien traité la nouvelle et la population de toute la grande Mauricie sait maintenant que le site affreux de l’ancienne papetière aura fière allure l’an prochain. Un baume pour les milliers de travailleurs qui ont peiné pendant 20, 30, 40 ans et même davantage, à cette usine Belgo. Ces braves gens ont mérité mieux que leur ex-gagne-pain s’éternise en sosie d’un champ de bataille.

2019: Bienvenue à Shawinigan, entrez par le secteur La Baie. À votre gauche, l’endroit où a grandi l’ex-premier ministre Jean Chrétien – mon cinquième voisin – et juste en face, la petite rivière rafraîchie au-dessus de laquelle avait été érigé un imposant moulin de pâte et papier, ayant produit des tonnes et des tonnes…

Roger Matteau

Shawinigan