Émilie
Émilie

En mémoire d’Émilie

Louis Sansfaçon
Louis Sansfaçon
Père d'Émilie
TÉMOIGNAGE / Cette jeune femme de 31 ans couchée, ou devrais-je dire, positionnée pour ne plus souffrir, me demande comment faire pour bien partir, pour s’endormir pour toujours. Comment faire pour accepter que ce soit elle qui ait été choisie? Elle qui n’aura été que de passage. Elle, une simple adjointe-comptable, maman amoureuse, amie, confidente et aussi ma fille. 

Qu’est-ce que je réponds à ma fille qui me demande si elle pourra un jour retourner à la maison, remarcher, si elle verra sa fille glisser et même lui donner un simple bain, lui apprendre l’alphabet? Comment est-ce j’explique à cette femme dynamique et alerte que le temps est compté, que ce cancer maudit gruge son temps irrémédiablement. Nos yeux se croisent, on se sourit sans conviction, mais juste assez pour nous réconforter en comprenant un et l’autre que ce sont nos derniers regards. Tout est décidé, la fin nous est connue, elle est sans appel, sauf celui de nos deux âmes. La mort a choisi la plus jeune. Je la regarde, je suis son père et je ne peux rien faire. La chambre a été décorée par Jasmine sa fille de 4 ans lors de sa dernière visite. Émilie lui a souri et parlé. 

Pas un père ne souhaite vivre ces moments empreints de tristesse, de nostalgie, mais aussi de rires et de souvenirs si riches. Émilie a aimé et a été aimée elle aurait dû l’être plus longtemps. Elle me demandait : «Pourquoi moi, papa?  Je pourrais continuer à faire du bien, ici encore, pour mon monde.» Je n’ai pas su lui répondre, je n’ai pas trouvé les mots. Je l’ai écouté et j’ai appris que chaque seconde qui passe doive être vécue et appréciée. J’ai continué à l’admirer lui tenant la main, jusqu’à ce dernier soupir qui l’a libéré. 

Je ne suis pas le seul parent à perdre un enfant, mais j’écris ces quelques lignes en sa mémoire pour que ses amies, les gens qu’elle a croisés, aimé puissent comprendre l’urgence de vivre, notre obligation de faire des choix heureux pour nous et nos proches. Émilie a compris à 31 ans que la vie est un privilège, la santé est fragile et l’amour ne triomphe pas toujours. Émilie avait des objectifs, des rêves, des obligations des enfants et un conjoint et malgré cela, à 8h55 le 5 novembre 2020 Émilie a vécu sa dernière seconde, endormie par la médication, confiante pour sa famille, convaincue de s’être battue. 

Le lendemain d’Émilie s’appelle Jasmine elle aura 4 ans… elle a plusieurs belles secondes devant elle.   

En sa mémoire, ce samedi entre 11h30 et 15h nous nous réunirons à la base de Plein air de Sainte-Foy. Toutes les mesures sanitaires seront respectées. 

À LIRE AUSSI: Monsieur Duclos, en une décision vous avez déçu plus de 600 000 personnes