En mathématiques, les élèves québécois se distinguent!

OPINIONS / Saviez-vous qu’en mathématiques en 2018, les élèves québécois de 15 ans ont réalisé la meilleure performance des dix provinces du Canada et une performance supérieure aux 30 pays de l’OCDE?

C’est en effet ce que démontre le rapport canadien de l’étude PISA 2018. PISA est un acronyme pour «Programme international de suivi des acquis» des élèves de 15 ans. Le rapport de cette étude vient de paraître. Cette très sérieuse étude a porté sur un total de 79 pays. Au Canada, ce sont plus de 22 500 élèves d’environ 800 écoles des 10 provinces qui ont pris part à l’évaluation. Un vaste échantillon canadien était requis afin de produire des estimations fiables pour chaque province. Le PISA mesure le niveau de compétence acquis par les élèves en mathématiques.

Plus fort que l’affirmation initiale, le Québec se situe au 5e rang au niveau international sur 79 pays en mathématiques après la Chine, Singapour, Macao et Hong-Kong. C’est remarquable! Aussi, en lecture et en sciences, les élèves québécois ne sont pas en reste. Ils ont des performances supérieures aux 30 pays de l’OCDE, ce qui est très honorable.

Nous pouvons être fiers de nos élèves du Québec. Nous devons également être fiers des enseignantes et enseignants des niveaux préscolaire, primaire et secondaire pour la tâche complexe qu’ils réalisent en éducation. On doit aussi souligner que ces derniers possèdent également une formation universitaire d’au minimum quatre années d’études, acquise dans nos facultés des sciences de l’éducation québécoises. De plus, ces résultats viennent confirmer la qualité des programmes de formation du Québec au primaire et au secondaire.

Le Québec a fait des pas de géant en éducation depuis le début des années 60. Cependant, les élèves ayant des difficultés d’apprentissage ou de comportement n’ont souvent pas l’aide à laquelle ils ont droit. Ce qui amène de multiples problèmes: le décrochage scolaire en est un exemple. À cet égard, un ajout substantiel de spécialistes en psychologie, psychoéducation, orthopédagogie, orthophonie et conseil pédagogique est maintenant nécessaire pour venir épauler le personnel enseignant. Ainsi, notre système d’éducation répondra de façon plus appropriée aux besoins de tous les enfants.

Enfin, je dois souligner que je n’ai vu que de rares allusions à l’étude PISA dans les médias. La nouvelle n’a pas fait les grands titres. C’est dommage. Car une information basée sur les faits peut contribuer à corriger des perceptions, parfois erronées, sur notre système d’éducation.

Normand Caron

Retraité de l’éducation

Trois-Rivières