Maxime Bernier

En accord avec l’éditorial concernant Maxime Bernier

OPINIONS / Peu de journalistes ont utilisé leur porte-voix récemment pour dénoncer les sorties bizarres du député Maxime Bernier. L’éditorialiste de notre quotidien vient de le faire et je salue la démarche. Le 4 septembre dernier, Martin Francoeur n’y est pas allé de main morte avec le chef autoproclamé du PPC mais la mise au point s’imposait.

J’ai d’ailleurs personnellement dénoncé récemment dans cette même page les propos décevants de celui qui rêve d’un rôle important à Ottawa, à la conclusion du prochain scrutin populaire.

Il avait fait une sortie malhabile contre les cours de sexualité à l’école. De toute évidence, le représentant de la Beauce tente d’attirer le vote des citoyens d’extrême droite.

Son dernier coup de fiel concernant la jeune contestataire Greta Thunberg est malheureusement à l’image de ce genre d’homme public peu soucieux d’un minimum de sagesse.

En qualifiant la fillette environnementaliste de mentalement instable, M. Bernier se déguise en psychiatre. Il «rides again» à la Donald Trump. Imaginons le bordel s’il fallait que ce leader de la branche dissidente du Parti conservateur devienne un jour le porte-parole du Canada. Quelle matière inespérée pour les auteurs de téléromans à saveur de loufoquerie. Ce serait: Les belles histoires du pays de Mad Max.

Roger Matteau

Shawinigan