Photo: Olivier Croteau 02/08/2016 Trois-Rivieres Quebec Canada. Amophitheatre Cogeco de Trois-Rivieres. Des fissures dans les lettres.

Elles sont où mes taxes… elles sont où?

Le projet de l’amphithéâtre a été proposé aux gens de Trois-Rivières pour amener notre cité visible aux touristes à travers plusieurs autres grandes villes le long du Saint-Laurent. Ce projet a commencé avec l’amphithéâtre mais pas de rues pour se rendre et pas grands aménagements. Nous avons donc encore déboursé pour se rendre au château Lévesque. Le site demeure encore très limité en accessibilité. Par la suite, nous avons encore déboursé pour le lettrage de bois européen, même si nous sommes un pays avec plein de ressources forestières, pour signaler aux bateaux qui n’arrêtent pas chez nous que nous avons un amphithéâtre vide la plupart du temps de l’année. Le son a demandé des changements de système à de très forts coûts. Le système initial a été récupéré pour le futur aréna… Gros pari sur son installation, car il devrait être déficient! Nous sommes encore à gérer des déficiences pour contrôler les intempéries sur un bâtiment à ciel ouvert. Les murs pare-intempéries temporaires effectuaient le travail mais nous avons opté pour payer des permanents qui ne le font pas. Nous avons également passé proche de faire des fontaines ou des jeux d’eau pour un endroit isolé de la ville lorsqu’il n’y a pas de spectacles… Fiou! Cinq semaines de Cirque du Soleil en soirée donc pas besoin de cet ajout!

Je viens d’apprendre que ce projet ne sera pas en autofinancement et qu’il ne générera jamais de profits à la ville. Il s’avère donc que je devrai payer de mes taxes sur cet éléphant blanc toute ma vie de citoyen dans la ville de Trois-Rivières. Je devrai réduire mes services ou augmenter mes taxes pour maintenir mes avoirs et pour ce projet à gouffre sans fin.

Il y aura encore des pépins sur ce projet car il n’est pas encore complété. Ce projet – comme bien d’autres – sont gérés avec l’argent du peuple… Pas de problème pour les excédents ou les pertes; ils vont payer de leurs taxes sur plusieurs années! Si vous étiez de vrais gestionnaires qui contrôlent les coûts, un projet doit avoir un retour sur investissement concret et mesurable! Pas que la ville est plus visible! Pas que le centre-ville a semblé avoir eu un bon été! La plupart de toutes les usines et les PME de notre région se battent pour être viables en investissant sur des retours sur investissement très rapides (de 1 à 5 ans) pour assurer leur viabilité.

Vous faites des projets qui ne sont pas complets pour diluer les coûts et assigner plusieurs emprunts pour sa réalisation. Vous faites des projets avec du financement sans fin sur des décennies et sans retour sur investissement mesurable. Peut-être que le projet a amené du bonheur aux touristes et une vie au centre-ville, mais qu’il a fort probablement hypothéqué les comptes de taxes de tous les gens de Trois-Rivières sur plusieurs générations.

Pauvres citoyens… La saga devrait se poursuivre avec l’aréna car nous avons emprunté pour l’achat des terrains que nous avons revendu plus bas pour la réalisation du projet qui n’a actuellement aucune source de rentabilisation!

Les terrains du site actuel de l’amphithéâtre et des tours de condos ont également profité de ces gains par la ville. Le bonheur viendra peut-être bientôt… Mais nous devrons quand même vivre avec des dettes d’un amphithéâtre et d’un aréna sans plan de rentabilisation!

Sylvain Lavergne

Trois-Rivières