Mark Zuckerberg

Eh bien! Dansez maintenant!

La société de Mark Zuckerberg s’est dite «scandalisée d’avoir été trompée» par l’utilisation des données de ses utilisateurs». Et c’est le gars qui a dû en découdre avec les frères Winklevoss lorsqu’il a lancé Facebook qui dit cela? Décidément, ce Facebook ne cessera jamais de m’étonner. Plus ça va, plus je suis content de n’avoir jamais joint cette auguste confrérie. Jennifer Stoddart, ex-Commissaire à la protection de la vie privée au Canada (2003-2013) nous avait pourtant prévenus. «Si c’est gratuit, c’est vous qui êtes le produit». Toutes ses réticences et mises en garde, et même au-delà, sont aujourd’hui validées.

Et comment se sentent les médias dits «majeurs» ou encore «grands», ceux appelés aussi les «Mainstream Medias» – journaux, magazines, radio, télé –, eux qui ont fait la part plus que belle à Facebook depuis les tout débuts? Tous, ou presque, se sont hâtés d’ouvrir «leur» page Facebook (ou Twitter) et s’empresser de nous inviter instamment à les y suivre. Certains sont même allés jusqu’à imposer à leurs lecteurs de ne passer que par Facebook s’ils souhaitent commenter ou communiquer avec ledit média. Le tout s’est fait sans contrepartie alors qu’en général, pas un média ne fait dans la publicité gratuite, certains allant même jusqu’à enlever les étiquettes sur les bouteilles d’eau des tables de conférence pour ne pas donner de publicité gratuite à un embouteilleur.

Ce sont maintenant ces mêmes médias qui appellent à l’aide les gouvernements pour qu’ils viennent les sortir du pétrin dans lequel ils se sont empêtrés avec enthousiasme et diligence, se laissant phagocyter leurs revenus publicitaires. Et maintenant s’ajoutent les utilisateurs et les politiciens avec leurs cris d’orfraie. Du haut de mon statut de «non-utilisateur» de Facebook, l’œil torve, sourire en coin, j’admets que je vais regarder tout ce beau monde se dépatouiller avec un certain plaisir. Paraphrasant Monsieur de La Fontaine en finale de sa fable La Cigale et la Fourmi, admettant même mon petit côté d’Irlandais rancunier, cadeau de ma grand-mère, j’ai envie de leur dire: «Me traitant souvent de dinosaure, vous Féceboukiez? J’en suis fort aise. Eh bien! Ragez maintenant.»

Jean-François Couture

Sainte-Thècle