Égouts à ciel ouvert: retour au Moyen-Âge!

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Nouvelliste
OPINIONS / Lettre adressée au premier ministre du Québec, François Legault.

Je ne passerai pas par quatre chemins pour vous dire ce que je pense des multiples déversements des eaux usées dans notre fleuve, nos rivières et nos ruisseaux. Le pouvoir que les villes et municipalités ont, pour le peu d’imputabilité à laquelle elles sont sujettes, est carrément inacceptable. Tout cela se fait au détriment des citoyens à travers le Québec et de notre eau potable, grandement en danger. Même le ministère de l’Environnement et le cabinet du ministre Benoit Charette ont répondu que ce dossier relevait de la Ville de Trois-Rivières et qu’il ne les concernait pas!

Je n’en crois pas mes oreilles, Monsieur le premier ministre! Comment votre ministère peut se soustraire de cette responsabilité et de cette problématique qui se produit de plus en plus souvent à travers notre belle province et de plus, affecte la majorité des Québécois, la qualité et salubrité de notre eau potable?

Carrément inacceptable car j’aimerais vous rappeler qu’au Moyen-Âge, puisque les eaux usées étaient déversées à ciel ouvert, il y a eu un nombre important d’épidémies graves telles que la peste, le choléra et le typhus qui ont tué des centaines de milliers de personnes à travers l’Europe, situation persistant jusqu’au XIXe siècle. C’est alors que les découvertes de cette époque, en matière de santé publique, démontrèrent la nécessité et l’urgence de l’assainissement. Répétons-nous cette situation car vous jugez que ceci n’est pas un enjeu important d’élection?

Est-ce que vous, votre gouvernement, face à la crise climatique et notre environnement en péril, reniez votre responsabilité de forcer les villes et municipalités de mettre à jour et entretenir les infrastructures sanitaires et leur seuil de capacité en tout temps? Parlant de relance économique, plutôt que de miser sur du pavage et de nouvelles autoroutes, devriez-vous injecter une part financière importante aux villes et municipalités afin que celles-ci s’assurent que leurs infrastructures sanitaires répondent aux normes actuelles et futures, et ce, le plus rapidement possible?

Le but est définitivement d’éviter tout déversement d’eaux usées dans notre fleuve, nos rivières et nos ruisseaux et ainsi protéger l’environnement et vos citoyens. Dans la même veine, votre gouvernement devrait exiger que les villes et municipalités construisent des bassins de rétention de capacité suffisante lorsqu’il y a bris ou entretien des systèmes, doubler les éléments critiques du système. Également, stocker, en tout temps, les pièces dites critiques au bon fonctionnement et maintien de ces systèmes, serait tout à fait justifié. Enfin, s’assurer que tous les développeurs résidentiels, de concert avec la Ville ou la Municipalité, mettent à jour les infrastructures sanitaires avant de commencer leur développement et non le contraire serait aussi un pas dans la bonne direction.

Pendant que la crise perdure, à Trois-Rivières, en ce moment, ce sont 70 millions de litres d’eaux boueuses qui continuent d’être rejetés quotidiennement en deux points de déversement, dans le fleuve Saint-Laurent et dans la rivière Saint-Maurice, et ce, depuis le 31 août 2020.

Nicole Morin
Ex-candidate du Parti québécois et du Bloc québécois
Trois-Rivières