Église Saint-Pierre: où sommes-nous?

Je suis un citoyen catholique pratiquant de Shawinigan et j’ai un malaise avec la fermeture de l’église Saint-Pierre et d’une hypothétique démolition. La baisse de la pratique religieuse en est responsable et le petit nombre de paroissiens ne peut assumer les coûts de chauffage et d’entretien. Pendant ce temps, on garde ouvertes une douzaine d’autres églises de Shawinigan.

On sait pourtant que l’ensemble de ces églises vivront le même problème dans cinq ou dix ans. Je ne peux croire que dans le grand Shawinigan, il ne restera pas un certain nombre de pratiquants justifiant de sauvegarder quelques églises. Je suis un paroissien de Saint-Sauveur et moi aussi je voudrais garder ma paroisse et mon église. Je sais pourtant que c’est irréaliste. Dans dix ans, nous aurons perdu toutes ces églises, sauf probablement Notre-Dame-de-la-Présentation, ayant une valeur structurale et culturelle. Saint-Pierre est la première paroisse de Shawinigan. Son église sera bientôt centenaire. C’est une belle église, à l’extérieur et à l’intérieur. Tous ces bâtisseurs de Shawinigan, dans leur fierté, ont voulu ajouter de la beauté à nos réalisations humaines qui n’en sont pas toujours. Ils voulaient prendre le temps chaque semaine de s’endimancher, se recueillir tout en essayant de donner du sens à la vie qui nous est donnée et la mort qui vient la reprendre. L’architecture, les vitraux, les peintures, les sculptures, les centaines d’heures de bénévolat de ces gens qui nous ont mis au monde ne valent-ils pas une priorité? Les catholiques pratiquants qui restent et ceux qui viendront devraient faire rapidement de l’église Notre-Dame-de-la-Présentation et de Saint-Pierre, leurs lieux de rencontre. À mon point de vue, il appartient aux catholiques de financer ces deux églises. En les priorisant, on pourrait assurer leur pérennité.

Une majorité de Shawiniganais devraient se sentir concernés. Quelle trace gardons-nous de notre passé? Que sont devenus l’auberge Grand-Mère, le Cascade Inn? On dirait qu’on a honte de notre histoire. On s’efface facilement devant la nouveauté. Nous changeons nos noms de rue, ceux de nos écoles. Les seules valeurs qui restent reposent sur la réussite économique et le bien paraître individuel.

Pour aider à financer l’église Saint-Pierre, tous les spectacles qui doivent se donner au centre-ville cet été, ne pourraient-ils pas être déplacés en ce lieu? Et si on retrouvait chez les Shawiniganais, cet esprit de fierté, ce sens de la corvée autant chez les entrepreneurs que chez les citoyens. Bien sûr que je rêve, nous sommes bien trop occupés au tout de suite et maintenant. La vie commence avec nous. L’expérience du passé n’a pas d’importance, et pourtant! Quel héritage laisserons-nous?

Réjean Lefebvre

Shawinigan