Eau potable: pas la bonne cible

OPINIONS / En réaction à l’article de Laurence Chartrand intitulé «Nouvelle réglementation sur l’eau potable», publié dans notre édition du samedi 18 mai dernier.

Je suis d’accord que ce règlement sur le lavage des véhicules au moyen de boyaux d’arrosage devrait être aboli et remplacé par un autre concernant un impact financier et environnemental plus sérieux: la vidange des piscines et leur remplissage.

À titre d’exemple, pour une piscine de 21 pieds de diamètre ayant une moyenne de 5 pieds d’eau de profondeur, cela fait 50 000 litres d’eau provenant du réseau d’aqueduc de la Ville. Si au printemps et à l’automne il se vidange 1 pied minimum, (et ce, dans la rue), ça fait 10 000 litres d’eau à chaque fois. Et en plus, il faut la remplir au printemps pour compenser la «perte» de niveau. Donc, cela fait un gaspillage de 30 000 litres d’eau chaque année. Imaginez ce que cela donne quand on pense qu’il y a environ une piscine sur cinq maisons à Trois-Rivières. La Ville est sans doute en mesure de préciser ou de confirmer cette donnée.

Donc, voilà pourquoi je pense que le nouveau règlement ne vise pas la bonne cible et n’est pas réaliste.

J’espère que nos dirigeants de la Ville, après réflexion, vont constater leur erreur.

Guy Lapointe

Trois-Rivières

Environnement: deux arrêts immédiats de nos gouvernements

Messieurs Trudeau et Legault doivent se coordonner et s’entendre bientôt.

Ils ont le devoir citoyen d’annuler définitivement les projets pétrogaziers de TransMountain et Gazoduc Saguenay.

Le contraire, soit de continuer à «pousser» ces projets d’exploitation aux graves conséquences, représenterait le pire mensonge de leurs messages pro-environnementaux.

Ça n’a pas de sens!

Jacques Lambert

Saint-Barnabé