Le maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, présentait la semaine dernière le budget de la Ville pour 2020. L’auteur de ce texte croit qu’il y aurait lieu de couper dans les subventions aux organismes pour alléger le fardeau des contribuables.

Du ménage à faire dans les finances de la Ville

OPINIONS / À Trois-Rivières, il manque 1,4 million $ de revenus à la suite d’une baisse de la péréquation municipale?

Ç’aurait pu être facile à trouver pour éviter d’augmenter les taxes en conséquence (2,75 % en moyenne) comme vient de le décréter le conseil municipal. Nos taxes municipales sont déjà supérieures pour une même évaluation que plusieurs autres villes dont Laval.

Plus de 4 millions $ peuvent être récupérés en diminuant les aides aux diverses corporations ou activités, comme le GP3R, Danse Encore, Amphithéâtre Cogeco, FestiVoix, les Aigles, etc.

Dans chacun des cas, chaque organisation devrait augmenter le coût de participation des participants, coureurs, danseurs, etc. et augmenter le coût des billets en conséquence car pour chacune de ces activités, le principe de l’utilisateur-payeur n’est pas appliqué adéquatement. Il n’est pas normal que nous soyons encore obligés de payer une part des billets des spectateurs, des visiteurs et de tous ceux qui en profitent.

De plus, suite aux retombées économiques dont profitent les commerçants, cela leur donne une possibilité de demander de l’aide à tous les commerces visés. Toutes ces activités ont eu amplement d’aide pour démarrer et c’était normal. Maintenant, s’ils ne sont pas assez autonomes pour continuer sans l’aide de nos taxes, ils devraient diminuer leurs dépenses diverses – voyages en Europe, achats divers, salaires, etc. – et fonctionner avec moins de budget provenant de nos taxes.

La Ville pourrait aussi récupérer les 5 millions $ prévus pour la construction de la marina privée de Trois-Rivières sur Saint-Laurent, qui satisfera une infime partie des citoyens trifluviens bien nantis. Cet aménagement, doit-on le mentionner, entraînera aussi des frais d’entretien saison après saison. En un mot, arrêtez la construction de cette marina qui concurrencera celle de l’île Saint-Quentin!

Arrêtez aussi la construction des services d’égout sanitaire et pluvial à l’île Saint-Quentin car aucun résident ne s’y trouve et plusieurs citoyens n’ont même pas ces services dans leur secteur de la nouvelle ville de Trois-Rivières.

Empêchez la réfection de l’intersection des Récollets–Bellefeuille. Il est possible de simplement améliorer la visibilité des lumières de circulation en changeant les lumières DEL inadéquates et difficiles à voir en plein jour et en ajoutant des lumières de circulation avant de traverser les boulevards concernés. Comme en France. Pas besoin de refaire cette intersection, on peut juste améliorer la signalisation. Monsieur le Maire, vous l’avez sûrement constaté lors de votre visite en France dernièrement... Visite à quel coût, d’ailleurs? Avec nos taxes?

Même si nos élus semblent d’accord avec l’épandage des larvicides, il serait temps que les bottines suivent les babines pour l’environnement, car plusieurs résidents et associations ont demandé de cesser cet empoisonnement des animaux sauvages et domestiques qui s’y abreuvent.

On pourrait rembourser les frais additionnels sur les comptes de taxes depuis les dix dernières années, soi-disant conformes au principe de l’utilisateur-payeur pour les secteurs ciblés seulement, alors que tous les résidents de Trois-Rivières, ainsi que les visiteurs, en profitent. Sur les pistes cyclables et piétonnes ou dans les parcs, notamment.

Plusieurs exemples d’utilisateur-payeur ne sont pas appliqués uniquement aux résidents qui en profitent: la réfection des trottoirs, le pavage des rues, la rénovation des systèmes d’égout sanitaire et pluvial des vieux secteurs, alors que plusieurs citoyens des zones limitrophes n’ont simplement pas ces services.

En résumé, toutes les subventions et autres services aux diverses corporations et activités devraient être totalement abolies car chacune des organisations peut trouver des commanditaires en conséquence et charger les frais nécessaires à leur fonctionnement aux utilisateurs participants, joueurs et spectateurs, et en diminuant leurs dépenses diverses et salaires.

Si ces recommandations avaient été appliquées par nos élus, nous aurions sûrement subi une diminution des taxes municipales pour 2020 et non une hausse.

Claude Ricard

Trois-Rivières