L’auteur de cette lettre présente les principaux projets de la Ville de Trois-Rivières qu’il souhaite voir avancer ou se réaliser.

Dix dossiers à surveiller au municipal

OPINIONS / Le début d’une année est propice à l’identification de questions qui seront abordées au cours de l’année. Voici, de mon point de vue de citoyen intéressé par la vie municipale, dix dossiers à surveiller à Trois-Rivières.

Augmentation de la capacité de l’aéroport

La Ville a appuyé le développement de l’aéroport qui permettrait de recevoir plus de vols. Il y aura au cours de l’année une consultation publique sur ce projet. Y aura-t-il une acceptabilité sociale pour ce projet?

Centre sportif Alphonse-Desjardins

Lors de la présentation de son dernier bilan financier, la Commission scolaire du Chemin-du-Roy nous a dit avoir confiance d’arriver bientôt à une entente avec la Ville pour le dossier du CSAD. Le projet, rappelons-le, est que la Ville devienne propriétaire de cet équipement utilisé à plus de 80 % par les citoyens. L’enjeu est de savoir à quelles conditions.

Plastique à usage unique

À l’automne dernier, la Ville a tenu une consultation sur les sacs de plastique à usage unique et 95 % des gens présents ont indiqué qu’ils souhaitaient une réglementation. Depuis plusieurs villes ont voté de telles réglementations. Est-ce que Trois-Rivières ira dans ce sens ou non?

Passerelle piétonne et cycliste sur le Saint-Maurice

La Ville a effectué une étude de faisabilité en 2017 pour réaliser une passerelle qui serait à même le chemin de fer qui traverse la rivière Saint-Maurice à la hauteur de l’autoroute 40. Un projet qui a soulevé beaucoup d’enthousiasme. Depuis, pas de nouvelles. Est-ce que la compagnie de chemin de fer Québec-Gatineau sera partante pour aller de l’avant? Y aura-t-il des annonces dans ce sens cette année?

Insectes piqueurs

Des citoyens et de citoyennes remettent en question, pour différentes raisons, le bien fondé que la Ville procède à l’épandage d’un insecticide pour diminuer le nombre de maringouins. La présidente de la commission de développement durable, Mme Mariannick Mercure, avait ouvert la porte à l’automne à un groupe d’étude sur le sujet pour évaluer les pour et les contres de cette mesure. Ce groupe d’étude verra-t-il le jour en 2020?

Revitalisation du Cap La Ville s’est donné un plan directeur pour le développement du bas du Cap. Est-ce que les résultats seront au rendez-vous? Souhaitons-le! Par ailleurs, c’est cette année que devrait commencer la longue et coûteuse tâche de décontamination du terrain d’Aléris. Est-ce que le tout se confirmera?

Revitalisation de Saint-Louis-de-France

Le secteur de Saint-Louis-de-France a perdu certains commerces importants au cours des dernières années et a connu des problèmes d’infrastructures (routes, refoulement d’égouts, etc.). Y aura-t-il des annonces de projets pour Saint-Louis-de-France? À surveiller.

Transport en commun

Avec l’ajout de 1,7 million $ à son budget en 2020, on peut penser que la STTR aura les moyens de ses ambitions et pourra répondre aux principales faiblesses de la réforme qu’elle a amorcée. Tout ne se règlera sûrement pas cette année, mais il faudra porter attention aux améliorations. On peut se demander également – même si cela est beaucoup plus large que la STTR – si la Ville rendra son bilan d’émission de GES à la population.

Le Colisée

Un dossier qui a été grandement évoqué et que le conseil municipal devra trancher dans les premières semaines de 2020. Un enjeu peu soulevé jusqu’à présent, selon ce qui a filtré dans les médias, les deux promoteurs pour occuper le Colisée proposent la tenue d’une trentaine de spectacles. Y a-t-il vraiment un marché pour cela? Et si oui, quel impact cela aura-t-il sur la fréquentation des autres salles de spectacles? Non, ce n’est peut-être pas les mêmes artistes qui y seront mais ceux et celles qui achètent les billets sont les mêmes et leur portefeuille n’est pas plus gros.

La troisième voie

Même si cette décision ne sera pas en application en 2020, c’est, normalement, au cours de cette année que la Régie des matières résiduelles décidera avec quelle technologie elle ira de l’avant pour disposer de la matière compostable.

Compte tenu des délais de décision qui s’étirent, on peut en déduire que fort probablement les maires ne s’entendent pas sur la question. Quelle sera la position de la Ville de Trois-Rivières?

* * *

Voilà plusieurs dossiers intéressants à suivre pour l’ensemble des citoyens et citoyennes qui s’intéressent au développement de leur ville!

Jean-François Aubin

Trois-Rivières