Jamil Azzaoui

Deux poids, deux mesures!

Je me permets de revenir brièvement sur le retrait de la candidature du chanteur et compositeur bien connu Jamil Azzaoui, dans Maskinongé, sous la bannière du Parti vert du Québec pour apporter des précisions d’ordre factuel.

Lors de la présente campagne électorale, je n’ai jamais appuyé le Parti vert. Je n’ai jamais eu l’intention de le faire. Je n’ai jamais cherché à m’associer à cette formation. Autrement dit, le Parti vert n’a jamais eu à considérer cette option. Par contre, le chef de ce parti, Alexandre Tyrell, a exclu son potentiel candidat dans Maskinongé du simple fait que ce dernier avait l’intention de me rencontrer dans un cadre strictement privé tel qu’en atteste la lettre de renvoi de Jamil.

Deux mots clés sont importants à retenir, ici: «intention» et «vie privée».

Cette rencontre amicale n’avait pas encore eu lieu. Elle n’était aucunement organisée dans le but de me convertir aux idéaux écologistes (je le suis déjà) ni pour me vendre une carte de membre. C’était de simples retrouvailles pour célébrer notre amitié.

À vrai dire, jusqu’à vendredi dernier, j’ignorais tout des «ambitions politiques» de ce boute-en-train à deux pattes qu’est Jamil.

L’ironie de l’histoire, voulez-vous la connaître? Le 10 septembre, le chef du Parti vert tenait une conférence de presse avec Adrien Pouliot, chef du Parti conservateur du Québec, qui préconise dans son programme de «lever tout moratoire existant sur l’exploration et l’exploitation des ressources minérales, gazières et pétrolières sur son territoire».

Si je comprends bien cette logique, le parti peut s’associer à des gens diamétralement opposés à ses valeurs et son programme. Or, on retrouve dans la lettre de congédiement de Jamil: «Il est évident que nous ne voulons pas être associés à certaines personnes qui ne reflètent pas exactement nos valeurs»! Deux mots me viennent à l’esprit: analphabétisme politique. Le sectarisme et le dogmatisme de Tyrell en plus de son obsession de contrôler la vie privée de ses candidats sont typiquement des marqueurs de l’attitude de militants de l’extrême gauche avec des réflexes d’extrême droite.

Sur ce, bonne chance à l’ensemble des candidats y compris à ceux du Parti vert du Québec!

Djemila Benhabib, écrivaine

et fière amie de Jamil Azzaoui