Des voisins éloignés beaucoup plus dérangeants

OPINION / Depuis des années, le quotidien de beaucoup de citoyens est perturbé par l’omniprésence, sur nos rues, de véhicules motorisés (automobiles, motocyclettes et mobylettes) délibérément et illégalement équipés de «silencieux» modifiés dans le seul but d’en augmenter le bruit.

Vous conviendrez avec moi qu’il y a là une déviation évidente de la fonction première de cet équipement se voulant «silencieux» et devant répondre à des normes gouvernementales qui en prohibent pourtant les modifications antisociales que nous subissons de plus en plus. Ils sont bien plus incommodants et inutiles que les tondeuses de nos voisins et perturbent bien plus de monde en circulant quotidiennement avec ces équipements illégaux (à toute heure du jour et de la nuit), à travers de nombreux quartiers. Il est étonnant que la Ville ne fasse jamais de campagne à ce sujet alors qu’elle reçoit de nombreuses plaintes.

Peut-être est-ce parce que la Ville ne peut mettre la faute sur les autres alors qu’elle n’assume pas elle-même ses responsabilités?

Vivement une campagne équivalente contre ces conducteurs de véhicules délibérément bruyants qui perturbent sans vergogne un voisinage beaucoup plus vaste sans qu’on les rende imputables de leur manque de civisme.

Pendant que je vous écris, portes ouvertes, je les entends pétarader et faire crisser leurs pneus dans les rues avoisinantes et sur ma rue. Et je n’entends aucune tondeuse ni bruit autre provenant de mes voisins immédiats.

Combattons d’abord les sources majeures de bruit!

Alain Léger

Trois-Rivières