Le député de Trois-Rivières à la Chambre des communes, Robert Aubin, répond à un couple de Trifluviens qui, dans ces pages, lui demandait de préciser son opinion sur certains sujets abordés récemment par le chef néodémocrate, Jagmeet Singh.

Des réponses à vos interrogations

En réponse à la lettre de Magali et Michel Filosa intitulée «À propos de Jagmeet Singh...», publiée dans notre édition du 9 mars dernier.

Bonjour à vous deux,

Je vous remercie de m’avoir fait parvenir vos commentaires et vos questionnements à propos du chef du NPD, monsieur Jagmeet Singh. Comme vous avez choisi de rendre publique votre lettre, permettez que ma réponse le soit aussi afin que toutes les personnes intéressées puissent suivre notre échange et parfaire leur réflexion.

Je me réjouis de constater que la politique ne vous laisse pas indifférents, ce qui constitue un excellent point de départ lorsqu’on veut changer les choses.

Quant à votre inquiétude entourant la préservation des valeurs québécoises, le caucus que j’ai le plaisir de diriger veille à les défendre chaque jour et devant chaque instance du parti. À titre d’exemple, notre dernier congrès national a vu bon nombre de résolutions portant sur des réalités québécoises être entérinées par les membres de tout le pays avec l’appui marqué de notre leader.

Depuis son élection, Jagmeet a clairement établi la ligne de démarcation entre ses positions personnelles et les devoirs de sa charge publique. Ainsi a-t-il reconnu le droit de l’Assemblée nationale du Québec de légiférer en matière d’accommodements religieux et il a, du même souffle, exprimé son respect pour nos tribunaux chargés de faire respecter les droits et libertés protégés par la Charte québécoise.

Comme citoyen, j’ai la conviction que nous apprécions le fait de vivre dans une société de droits. Alors, nos requêtes, nos aspirations, nos biais, nos inquiétudes ou nos contestations trouvent souvent leur dénouement à travers le processus judiciaire.

Lorsque la Cour suprême, qui compte trois juges du Québec, se prononce unanimement sur la question du kirpan par exemple, comme dans son jugement de 2006 dans la cause du jeune Gurbaj Singh Multani, je respecte la décision, ce qui n’exclut pas qu’à titre de législateur je puisse poursuivre ma réflexion.

Certes, Jagmeet porte un turban, mais il dirige selon des valeurs progressistes que nous partageons. Égalité femme-homme, droit à l’avortement, mariage de même sexe, équité salariale ne sont que quelques exemples de principes profondément humanistes qui guident sa direction et qui ont toujours constitué l’ADN du Nouveau Parti démocratique.

Ai-je besoin de vous rappeler qu’il serait aussi possible de diriger un pays en veston-cravate avec des valeurs qui ne nous rejoindraient pas?

S’il est vrai que le gouvernement de Trudeau fait la sourde oreille aux demandes du Québec, le NPD ne cesse de défendre les enjeux importants aux yeux des Québécoises et des Québécois.

De plus, mon expérience m’apprend que le NPD est le seul parti susceptible de prendre le pouvoir à Ottawa sans rien devoir à personne d’autre qu’aux électeurs. Nous sommes le parti des citoyens comme vous et moi, et la Déclaration de Sherbrooke reconnaît la spécificité de la nation québécoise. Voilà pourquoi je continue à travailler fort pour assurer la meilleure performance possible de mon parti en 2019.

En espérant avoir apporté quelques réponses à vos interrogations, je vous offre mes salutations distinguées!

Robert Aubin

Député de Trois-Rivières à la Chambre des communes

Président du caucus NPD du Québec