Les employés de l’Aluminerie de Bécancour sont en lock-out depuis 17 mois.

Déraisonnable? Vraiment?

OPINIONS / Dans le conflit chez ABI, plusieurs faits véhiculés sont erronés. Malheureusement, nous avons un premier ministre qui n’est absolument pas au fait lorsqu’il dit que le syndicat des Métallos, plus précisément le syndicat d’ABI, n’est pas raisonnable dans ses demandes salariales. La réalité est que le syndicat n’a jamais été en demande salariale et a même fait des concessions au niveau du fonds de pensions.

L’enfant gâté et déraisonnable dont parle le premier ministre serait plutôt Roy Harvey, qui, encouragé par le ministre du travail et le premier ministre, a pris 1030 familles en otage et les prive depuis 16 mois de leur dignité et de leur droit au travail. C’est Roy Harvey qui se sert d’une clause « d’Act of God » pour faire financer par tous les Québécois et Québécoises, son lock-out.

Le premier ministre du Québec parle aussi des deux côtés de la bouche. D’une part, pour se faire élire, il affirme que ça prend de bons emplois au Québec, des jobs à 30, 35 et 40 $ de l’heure, ce qui correspond aux emplois occupés par les travailleurs et travailleuses d’ABI. D’autre part, le 22 mai dernier, le premier ministre faisait un discours devant le conseil des affaires canado-américain où il vantait entre autres les bas salaires du Québec.

L’enfant gâté et déraisonnable serait-ce aussi le premier ministre ? Clairement, François Legault semble oublier que c’est le Fonds de solidarité du Québec, une « patente » syndicale, qui lui a permis de faire sa fortune personnelle. Mauvaise foi ou mémoire sélective ? Il faudrait que les bottines suivent les babines.

Manon Giard

Beloeil