Dénonciations: ne pas tomber dans l’extrémisme

Ça doit être inquiétant de vivre dans la peau d’un homme de nos jours. Un frôlement involontaire de la part d’un homme et celui-ci devient un criminel. Il était temps que les actes, les propos et les abus sexuels soient dénoncés mais il ne faudrait pas tomber dans l’extrémisme.

Nous sommes à enseigner à nos jeunes qu’un simple regard appuyé, un frôlement involontaire ou une petite blague grivoise deviennent sujets à dénoncer publiquement l’auteur(e). L’homme est un prédateur. La nature l’a ainsi fait et c’est ce qui fait procréer les humains et même les animaux. Il ne faudrait pas commencer à mêler les actes de séduction avec les agressions sexuelles. Il y a quand même une marge. D’entendre une femme crier à l’agression parce qu’un homme lui a touché le genou devient risible.

Il ne faudrait pas mettre tous les hommes dans le même panier. Le fait d’être une femme nous met dans des situations précaires quelquefois mais il faut agir avec intelligence avant de crier au viol ou à l’agression sexuelle. Si un homme devient trop insistant devant votre refus, ceci s’appelle de l’acharnement. Mesdames au lieu de pleurnicher et d’endurer des actes que vous considérez abusifs, prenez les actions nécessaires. Vous pouvez porter plainte à la police, prendre des cours d’autodéfense, en parler avec vos collègues de travail, à vos voisins, votre famille ou au supérieur de votre patron. Vous pouvez enregistrer les conversations qui vous mettent mal à l’aise ou même filmer les scènes qui vous dérangent. Habituellement, juste le fait de mentionner à la personne qui vous importune que vous porterez plainte si elle ne cesse de vous importuner, refroidira ses ardeurs.

Je suis bien consciente que plusieurs personnes ont été victimes d’agression et d’abus sexuels et même, horrible crime à mes yeux, d’inceste. Ces actes doivent être dénoncés et les coupables doivent être traduits en justice. Même les complices qui ont préféré fermer les yeux devraient être traduits en justice. Mais que doit faire l’homme maintenant s’il est intéressé par une femme? Les cours d’éducation sexuelle devraient être obligatoires dans nos écoles. Il faudrait aussi apprendre à nos jeunes que la séduction saine entre deux humains est une chose merveilleuse. Souvent, il s’agit de laisser parler son instinct devant une situation. Vous trouvez que monsieur ou madame est trop insistant(e) ou jaloux(se), il faudrait vous méfier. Vous trouvez que monsieur veut tout contrôler et vous empêche de vivre librement en voulant vous contrôler, un drapeau devrait se lever et vous pouvez toujours prendre vos jambes à votre cou et partir.

Malheureusement, je trouve que certaines femmes cherchent leur heure de gloire, vous savez, le petit cinq minutes à la télé. La vie n’est pas une téléréalité et, d’ailleurs, ce genre d’émission devrait être banni de nos ondes. On encourage presque madame à coucher avec monsieur parce que monsieur en a envie et on glorifie madame parce qu’elle a passé à l’acte. Quel message envoyons-nous à nos jeunes? Perdre son temps à regarder des jeunes se faire la cour à la télé, les regarder à essayer de séduire le plus de monde possible n’est pas la réalité de notre quotidien. Heureusement que le ridicule ne tue pas car nous ne serions pas nombreux sur cette Terre. Les dénonciations présentement sont devenues comme les manifestations. Plusieurs manifestations se font dans un but constructif mais il y aura toujours des intrus pour venir semer le trouble et se mettre en «vedette». Avec les dénonciations, il faut faire preuve de prudence et s’assurer que certaines personnes ne dénoncent pas dans le seul but de devenir la «vedette» du jour.

Anne-Sylvie Duquette

Saint-Boniface