L’auteur de cette lettre suggère que le contrat du gardien de but Carey Price et la publicité qu’il a suscité a enlevé tout envie aux autres joueurs de l’équipe de se défoncer. Il suggère donc d’échanger Price.

Déboires du Canadien: les suggestions d’un octogénaire

Je me surprends aujourd’hui, à l’âge de 86 ans, à écrire ce brouillon après toutes ces décennies d’écoute de commentaires émis par la multitude de commentateurs qui ont analysé le hockey au fil des ans.

Ça fait 80 ans que j’écoute à la radio ou à la télévision tous ces spécialistes de tous ces postes de radio ou de télé qui nous disent ou nous expliquent ce qui se passe sur la glace. Nous avons été témoins de tant de réussites et d’échecs. Et combien de commentaires nous ont été présentés durant toutes ces années pour nous analyser les causes ou les solutions pouvant expliquer les succès ou pour remédier aux échecs de l’équipe! Nous voici rendus en 2018. Nous vivons avec cette équipe du Canadien qui nous présente cette année des résultats d’une irrégularité questionnable; et des résultats de certains joueurs qui nous intriguent.

Que se passe-t-il pour que certains commentateurs ne se gênent pas pour suggérer de remplacer le capitaine actuel par Brendan Gallagher? Il semble souvent qu’il soit celui qui se défonce régulièrement pour aller vers le but adverse.

Il se pose donc beaucoup de questions actuellement et on a peu de réponses claires du CH.

La question à poser est donc celle-ci: «Que se passe-t-il au sein de cette équipe»?

Je crois que la source du problème réside dans l’erreur commise par la direction du CH en renouvelant le contrat du gardien de but Carey Price pour une durée de huit ans et en le payant environ 8 millions $ par année. Et ce fabuleux contrat est toujours accompagné des déclarations solennelles que Carey Price est le «meilleur gardien de but du monde entier».

De plus, la publicité porte constamment sur la personne de Price dans les journaux ou à la télévision.

Quel peut donc être l’effet d’une telle publicité parmi les autres joueurs de l’équipe?

Il me paraît évident que beaucoup de joueurs seraient insatisfaits ou même envieux du salaire versé à Price en comparaison avec le salaire qu’ils reçoivent et du peu de publicité qui leur est attribué pour leur rendement.

Alors, comment réagissent-ils, ces joueurs frustrés? Je crois qu’ils ne se «défoncent» plus comme avant en diminuant leurs efforts; si bien qu’on a l’impression qu’il n’y a que Gallagher qui continue à se «défoncer». Ses résultats actuels nous le font voir en tête des compteurs de buts même s’il se fait «brasser» devant les buts par les joueurs adverses.

Avec le jeu extrêmement rapide qui se joue de nos jours, les joueurs qui attaquent doivent se «défoncer» plus rapidement pour progresser vers le but adverse; résultat: ils s’épuisent plus rapidement. Alors que le gardien demeure beaucoup plus stationnaire dans son but; et ressent donc beaucoup moins de fatigue physique.

L’autre aspect dont peuvent tenir compte les joueurs à l’attaque est l’évolution «américanisée» du hockey en favorisant sa rapidité et une violence inouïe qui amène une très grande quantité de blessures et de commotions cérébrales. C’est rendu comme un «derby» qui permet aux joueurs de «s’aplatir» à qui mieux mieux sur les bandes ou au milieu de la glace.

Et le dessert pour un joueur d’attaque, c’est de lire dans le journal comme récemment après une victoire du CH 3 à 0: «Price a blanchi Toronto».

Price a blanchi...

Les joueurs qui ont compté les buts? Pas important; c’est Price!

Alors, que peut-il se passer au sein de cette équipe? Il doit sûrement y avoir de la frustration; car ceux qui doivent se «défoncer» physiquement gagnent moins de sous que celui qui est devant le but et souvent stationnaire et ne se «défonce» pas physiquement.

Que peuvent-ils faire sinon se ménager physiquement quitte à perdre des parties? On obtient ainsi des résultats décevants comme on le constate depuis le début de la saison.

Que faudrait-il faire devant une telle situation?

Ma réponse est brutale et inévitable: le CH doit réparer son erreur!

Le Canadien doit se débarrasser de ce contrat qui apporte plus de négatif que de positif. Il faudra pour qu’un échange avec un autre club soit possible, que le CH se pénalise lui-même en offrant un échange à un prix dérisoire et en participant avec l’autre équipe à payer le salaire pour le reste des années du contrat. Vous allez me dire que la chose est impossible à imaginer; mais comme son contrat doit être respecté, croyez-vous qu’un autre club soit intéressé à faire un tel échange si dispendieux et qui leur apporterait les mêmes inconvénients que le CH subit subtilement par ses joueurs d’attaque? Tous les spécialistes du hockey constatent ce qui se passe à Montréal même si personne n’ose l’affirmer publiquement.

Ça va coûter un bras au CH pour avoir commis une telle erreur. Mais si l’équipe réussit à se payer cet incroyable échange, les spectateurs montréalais retrouveraient la fierté qui a toujours caractérisé les joueurs du Canadien. Et si la chose se produisait, c’est-à-dire échanger Price, il faudrait réorienter la publicité sous toutes ses formes pour vanter les prouesses et les efforts des joueurs à l’attaque qui se «défoncent» en patinant à toute vitesse vers le but adverse.

Ainsi, la fameuse erreur aurait été corrigée et le CH retrouverait la gloire qui l’a toujours caractérisé.

Gilles Lamy

Trois-Rivières