Culture, quand tu nous tiens

OPINIONS / Plus étendues dans le temps cette année s’étaleront les Journées de la culture.

En effet, l’organisme qui en est à la tête, Culture pour tous, nous dit que celles-ci se dérouleront sur tout un mois, du vendredi 25 septembre au dimanche 25 octobre.

Avec pour thématique Les 1001 métiers de la culture, on entend célébrer bien du monde. Le communiqué en fait une longue liste qui va de designers en modistes en passant par bibliothécaires, éclairagistes, perchistes, metteurs en scène, biographes, graphistes et tant d’autres.

On dit quelque part dans le communiqué: «Les projecteurs se tournent vers ceux et celles grâce à qui l’art et la culture entrent dans nos vies, partout au Québec!»

Un jour, Boris Cyrulnik a écrit cette phrase si juste: «Dans l’histoire d’une vie, on n’a jamais qu’un seul problème à résoudre, celui qui donne sens à notre existence et impose un style à nos relations.»

Eh bien, on peut dire sans se tromper que tous ceux et celles qui ont embrassé des métiers de la culture avaient trouvé un sens à leur existence et, par le fait même, adopté un style de vie particulier.

Si l’on use ici du passé composé, c’est que hélas, l’immense crise sanitaire qui nous arrive ne va manifestement pas permettre avant longtemps de voir plusieurs de ces métiers de la culture s’exercer de façon aussi intense qu’auparavant. Et par conséquent, on va devoir nécessairement assister à des changements de carrière – du moins temporaires – pour nombre de personnes.

Force est de sincèrement compatir pour toutes ces personnes-là; ces personnes convaincues à raison de la nécessité des arts dans nos vies; les arts, seuls en mesure, bien souvent, de nous élever, de nous transporter.

Il n’y a pas si longtemps, le professeur André Courchesne, associé à la Chaire de gestion des arts Carmelle et Rémi Marcoux de HEC Montréal, écrivait ce paragraphe lumineux: «La culture est un condensé de sagesse qui nous vient du passé: bien avant nous, des gens ont fait face à des problèmes semblables aux nôtres, ont réfléchi et ont résolu des conflits de toute nature. La culture nous présente comment des gens ont trouvé des réponses à leurs questions et le rôle des arts est de transmettre cette sagesse séculaire sous une forme attrayante, en nous apportant un regard qui combine à la fois le présent et le passé.»

Réjean Martin

Trois-Rivières