Coronavirus, repos de la Terre

OPINIONS / Encore aujourd’hui nous avons la démonstration que toute cette planète est liée. De gré ou de force nous ne faisons qu’un.

Un simple virus nous ramène à cette réalité. Ce n’est pas le premier et ce ne sera pas le dernier.

Je ne parlerai pas des effets du coronavirus, de la gravité de cette maladie et des réactions humaines, de la bourse qui s’affole ou des comportements des gouvernements, mais davantage d’un aspect sur notre réalité.

Premièrement, une concentration trop grande de certaines activités en Chine nous démontre notre vulnérabilité dans certains secteurs. Cette dépendance du moindre coût de cette quête de surconsommation pourrait justement avoir un énorme impact. Oui, nous aurons sauvé quelques dollars durant cet apogée frénétique du moins cher et consommé à outrance mais cette facture non réglée sur notre Terre, nous finirons par la payer.

Car l’impact est aussi du côté de l’environnement: images satellites à l’appui, la différence de la pollution de la Chine durant cette période démontre l’effet du coronavirus.

Rarement, voire jamais depuis 20 ans le ciel n’aura été aussi clair sur cette partie de la Chine. Oui le coronavirus tue, possiblement plus que la grippe. Mais comment cette pollution affecte-t-elle nos vies et quel impact sur notre santé? Peut-être plus dommageable à long terme que bien des virus.

Et si de façon orchestrée, nous décidions ensemble, sans virus, de donner un ou deux congés par année à cette bonne vieille Terre? De synchroniser un arrêt conjoint à l’échelle de la planète de cette surconsommation. De réellement repenser à certaines façons de faire. Nous donnons deux semaines de congé pour la période de la construction à plusieurs, est-ce que la Terre mériterait ce temps d’arrêt?

Comme souvent avec notre propre corps, nous allons attendre d’avoir des signes, des manques, des maladies et là nous allons réagir, et cela, souvent, un peu trop tard.

Quel impact réel cela aura sur nos vies, notre environnement, d’avoir un ou deux temps de repos planifiés? Ne devrait-on pas réfléchir sur une meilleure répartition de certaines activités et de notre consommation afin de limiter un peu cette dépendance et ces mouvements par avions, bateaux, camions, juste pour donner un peu de repos à la Terre et à nous-mêmes?

Ces temps d’arrêt planétaires auront aussi plusieurs avantages: en plus d’aider à contrer la pollution, cela nous rapprocherait de nos communautés, de nos familles. Cela permettrait à tous un repos additionnel, une barrière pour certaines propagations, et si c’est bien planifié, personne ne manquerait de l’essentiel. À la limite une entraide naturelle et collective serait stimulée, donc un monde meilleur.

Chaque situation amène ses réflexions. La Terre, maintenant village global, ne peut être indifférente ou épargnée de cette réalité. Mais pour plusieurs Chinois, ce virus aura apporté le plus beau ciel jamais vu. C’est en regardant ce ciel avec eux que je m’imagine ce rêve. Ça porte à réfléchir!

Luc Gélinas

Trois-Rivières