Le Bar Kirouac dans Saint-Sauveur
Le Bar Kirouac dans Saint-Sauveur

Coronaoké

Marcel Perron
Marcel Perron
Neuville
POINT DE VUE / À l’image d’un relâchement évident des mesures sanitaires, l’insouciance des clients et des employés d’un bar de Québec a conduit à la propagation du coronavirus dans la communauté. Malgré les mises en garde répétées des autorités sanitaires, certaines personnes contribuent à désinformer la population en minimisant le danger de contagion lié à la COVID-19.

À l’aube d’une seconde vague, la prudence est de mise dans les lieux publics et dans les cercles familiaux, afin de ne pas recréer les conditions devant mener au retour du confinement. Le message des responsables doit être clair et les récalcitrants doivent être remis à l’ordre afin d’éviter des débordements qui seront difficiles à contenir.

À cet effet, face à des contraintes même minimales, près de 30 % de la population aurait besoin de pénalités pour modifier un comportement déviant comme l’absence du port de la ceinture de sécurité au volant par exemple; n’en est-il pas de même pour l’obligation de porter le couvre-visage et le maintien d’une distanciation de deux mètres dans les lieux publics? À cet égard, les responsables de la gestion de ces mesures dans les commerces ou autres devraient être plus présents sur le plancher afin d’éviter que des clients soient obligés d’intervenir pour rappeler ces consignes de protection. Si on exige une conformité obligatoire dans les écoles, pourquoi tolère-t-on trop souvent le laxisme dans les commerces?

Le message doit être recadré de la part des autorités sanitaires pour éviter un glissement déjà apparent dans certaines couches de la population. Sans cela, la saison grippale à venir dans un contexte d’une recrudescence de la COVID-19 laisse présager un automne et un hiver cauchemardesques.