La piste cyclable du boulevard des Forges soulève la controverse.
La piste cyclable du boulevard des Forges soulève la controverse.

Consultation et meilleure planification sont souhaitables à Trois-Rivières

Carrefour des lecteurs
Carrefour des lecteurs
Le Nouvelliste
OPINIONS / Mieux vaut consulter avant de planifier un projet à Trois-Rivières. 

Dans le cas de la gestion des pistes cyclables et les places faites au piéton, on concocte le tout avec une recette d’un peu de Vision zéro, d’une ingénierie locale et un peu «d’échevinasse». Une recette qui à ce jour ne réussit pas… le gâteau ne lève pas.

Vision zéro… cette bataille fait plus d’un insatisfait. L’idée vient d’un pays comme la Suède, occupant le même espace que Terre-Neuve au Canada. Petit hic, vu la superficie à parcourir d’un lieu à l’autre en Suède, une bicyclette ou un petit kart de golf pourrait suffire à la tâche. On veut réduire l’espace auto et augmenter celui de la bicyclette et du piéton. Les cyclistes sont rois et maîtres en ce lieu. Doit-on importer Vision zéro chez nous ou exporter les amants de Vision zéro en Suède? La Suède sera heureuse d’augmenter son PIB. Pardon, ne soyons pas mesquins comme quelques-uns semblent exceller dans notre ville.

Horreur ou erreur? Si la piste cyclable du boulevard des Forges est difficile à gérer par sa configuration lors la cueillette des poubelles et que la circulation piétonnière en souffre, les fervents du cyclisme veulent une route à voie rapide. Ils ont été servis avec en prime un circuit à bosses. Il ne manque que les rampes de lancement pour les amateurs de rallycross.

Que dites-vous de l’étroitesse de la rue Saint-Maurice (secteur Cap) qui a été atrophiée pour répondre à l’espace de bicyclettes et piétons au détriment de la sécurité de la fluidité de la circulation automobile ? La pousse de chiendents dans les plates-bandes et on a remis un trophée aux ingénieurs pour cette réalisation mal fagotée. Sur cette rue, si deux véhicules de livraison se stationnaient côte à côte, ils bloqueraient l’artère. Aucun moyen de passer. Du grand génie. Les piétons et les bicyclettes quant à eux circulent très bien. Mais un véhicule d’urgence pourrait ne pas pouvoir passer si un véhicule bloque la rue.

Donc on voit très bien la pensée biscornue des adeptes de Vision zéro: prenons la place et le partage ce sera pour une autre fois. On nous a servi la même configuration sur la rue des Alpes (nouveau secteur de Trois-Rivières). Demandez aux gens qui entrent et sortent des stationnements des commerces de cette rue… nous avons tous le même réflexe: nous entrons dans notre zone de circulation en franchissant celle de la voie contraire.

On peut opter pour Vision zéro (et les échevins amants du cyclisme nous font bien voir leur penchant pour ce concept), mais pas au détriment des éléments pratiques et du gros bon sens. Nous avons une magnifique facture d’un demi-million de dollars et comme réponse on a un haussement d’épaules… Bravo les artistes!

On peut faire mieux pour tous, à condition de cesser de prétendre être les seuls détenteurs de la vérité.

Quelle est la vision dans votre horizon?

René Blier
Trois-Rivières