Cogeco: une réclamation pour un solde à zéro

Le 23 juillet dernier, j’exprimais dans ces pages mon mécontentement relativement au court laps de temps où j’avais été branché avec Cogeco.

J’expliquais, dans mes déboires, le manque de service que j’avais reçu du 10 janvier 2018 et j’énumérais les problèmes que j’avais eus: messages en anglais, pas de boîtes vocales actives, etc.

Bref, un service qui n’était pas là.

J’ai reçu quelques factures que j’ai payées pour un service que je n’ai pas eu et ensuite, j’allais au kiosque de Cogeco au centre commercial Les Rivières. Personnel gentil et serviable.

Chaque semaine, j’allais faire vérifier mon compte, à ce kiosque, et on me confirmait que je ne devais rien et que mon solde dans leur système était à zéro. Souvent, je procédais à cette vérification deux fois par semaine, à un point tel que les employés me reconnaissaient.

Imaginez-vous donc que la semaine dernière, j’ai reçu un avis de réclamation, envoyé chez moi par une agence de recouvrement et tout ça après qu’on m’eut dit pendant six mois que je ne devais rien et en me confirmant que mon compte était à zéro.

Une première dans mon histoire de vie...

Éphrem Pellerin

Saint-Élie-de-Caxton

Un environnement qui laisse à désirer

Le nouveau centre de congrès de Trois-Rivières est peut être bien beau à l’intérieur, mais l’architecte qui a conçu ces différents «raboutages» ne gagnera certainement pas un prix d’architecture comme ce fut le cas pour celui de l’amphithéâtre Cogeco, qui est magnifique.

L’environnement laisse à désirer. Il est vrai que le déménagement de l’entreprise Germain et Frères devrait améliorer les choses.

Il y a aussi la petite station d’essence (au coin des rues Saint-Roch et Champlain, près du terminus d’autobus) qui est fermée, couverte de graffitis et qui jure dans cet environnement.

Le stationnement de la rue Badeaux, de plus, aurait dû être vendu à l’hôtel, ce qui aurait permis à la Ville d’empocher un somme de presque 2 millions $. Sans compter que la Ville doit dépenser deux autres millions de dollars pour sa réfection; un manque à gagner et une dépense qui frisent les 4 millions $. Il aurait été normal que le centre des congrès en devienne propriétaire.

Le tout est à suivre.

Émile Naud

Trois-Rivières