Le centre Cloutier-du-RIvage

Cloutier-du Rivage, un éternel combat!

OPINIONS / L’auteure, Noëlla Champagne, a été députée de Champlain à l’Assemblée nationale de 2003 à 2007 et de 2008 à 2014.

Cloutier-du Rivage fait à nouveau les manchettes! Cette nouvelle bataille pour maintenir des services de qualités dans ce qu’on appelle «le bas du Cap» n’est pas sans fondement! Permettez-moi de vous rappeler certains événements du passé qui expliquent en grande partie l’inquiétude d’une population, prise entre des décisions administratives et des besoins réels.

J’ai vécu la grande saga de rénovation de Cloutier-du Rivage à l’époque où j’étais attachée politique au bureau d’Yves Beaumier en 1997. On voulait déjà à l’époque conserver cette bâtisse et maintenir des services de proximité pour la population du côté Est de la rivière Saint-Maurice. Et ce fut fait! Malheureusement, un vice de construction a obligé le gouvernement de l’époque à ajouter une somme d’argent importante afin de corriger ce problème. Mais à travers ces déboires de construction, les services de proximité furent maintenus!

Mais force est d’admettre que depuis près de 25 ans maintenant, une vigilance s’exerce quotidiennement afin de conserver ces fameux services de proximité et l’urgence fait partie de ces services. J’ai compris depuis fort longtemps que c’est une urgence qui s’applique à des cas mineurs! Et c’est correct ainsi! Mais pour toutes sortes de raisons, la transformation proposée aujourd’hui donne à penser que cette urgence de première ligne ne sera plus offerte!

Pourquoi tant d’inquiétude? Tout simplement parce que la population n’est pas convaincue que notre «hôpital régional» est prêt à accueillir ces urgences mineures dans son grand hôpital déjà débordé! Et ne nous leurrons pas, les utilisateurs de ces services, dont mon conjoint et moi-même, avons eu à faire les frais d’attente interminable au CHRTR car l’urgence à Cloutier-du Rivage était fermée! Avons-nous l’assurance que par magie l’offre de service sera au rendez-vous à Trois-Rivières? La réponse est NON!

Avant de nous inviter fortement à utiliser des services au CHAUR, assurons-nous que tout est en place pour accueillir une population inquiète du côté est de la rivière Saint-Maurice.

Le fait que des médecins et infirmières soient sortis sur ce sujet cette semaine en dit long sur la profondeur de l’inquiétude! Ces multiples changements vécus à Cloutier-du Rivage depuis toutes ces années heurtent les personnes les plus vulnérables. Les déplacements vers Trois-Rivières, un stationnement éloigné et dispendieux ajoutent aux inconvénients liés à ces changements. On m’interpellait sur les mêmes inquiétudes en 2014 lorsque j’étais encore députée!

Cette impression de se voir arracher morceau par morceau certains services en santé fait partie du quotidien du secteur Cap-de-la-Madeleine et des environs. On a toujours eu l’impression que les services se déplacent dans un seul sens, d’est en ouest! Et c’est fort dérangeant.

Un dernier commentaire: quand j’entends «services de proximité», ça signifie pour moi un ensemble de services. Malgré la volonté d’accorder plus de pouvoir de décisions à nos infirmières et super infirmières – et je ne peux qu’être d’accord avec cet avancement –, force est de reconnaître que la présence d’un médecin s’avère dans certains cas indispensable.

J’espère que les citoyens seront rassurés sur le fait qu’au besoin un médecin sera toujours sur place et que le patient pourra rapidement voir ce médecin et non pas être retourné pour «attente» au CHAUR. Souhaitons que cette alerte tant de nos médecins que de nos infirmières soit entendue et surtout qu’elle reçoive une réponse!