Choisir son camp

OPINIONS / Je choisis mon camp.

Le camp de «l’amour de moi». Le camp du «respect» de qui je suis. Le camp du «pour moi».

Qui devient le camp du «pour l’autre» aussi. Dans le sens de laisser l’autre être qui il choisit d’être également. Autant dans ses différences d’opinions que d’actions.

Car, vous le savez déjà, il est plus facile de s’élever contre l’autre dont la pensée diffère. De critiquer, juger ou à la limite, ridiculiser la pensée d’autrui, voire l’annihiler.

Oui, je parle bien ici de la COVID...

Car celle-ci peut nous apporter du bien. Comme elle peut aussi nous amener au mal. Le mal étant tout ce qui nous blesse ou risque de blesser autrui dans son intégrité.

Je choisis donc le camp de l’amour et du respect de moi.

Ainsi, il est beaucoup plus facile de respecter le camp de l’autre. Que ce soit par rapport au masque, à la distanciation sociale, à la peur ou que sais-je encore?

Nous pourrions ainsi faire de ce moment unique planétaire, une grande chaîne humaine. Où tous, on se donne le droit à la libre expression. Et au respect individuel.

L’important, c’est de choisir son camp. Le camp du «pour soi» ou le camp du «contre l’autre».

Moi j’ai choisi le mien. Et vous?

Sylvie Tessier Dumas
Trois-Rivières