Capitaine, une femelle pitbull croisée husky, a failli être adoptée par l’auteure de cette lettre. L’adoption n’a pas eu lieu parce qu’à Bécancour, où elle habite, les chiens de ce type sont interdits.

Chiens «dangereux»: Bécancour doit se moderniser!

OPINIONS / C’est rare que je m’exprime comme ça publiquement. C’est d’ailleurs très probable que je le regrette plus tard, anxieuse que je suis! Mais en ce moment, je suis tellement fâchée, outrée et déçue que rien ne peut m’arrêter.

Voyez-vous, j’ai passé une journée de marde, ceux qui me connaissent savent que quand je dis que c’est une journée de marde, c’est que c’est vraiment une journée de marde. Même le seul moment qui était censé me donner le sourire, le moment que j’attendais depuis tellement longtemps, a été gâché. Laissez-moi vous raconter. Ça fait des années déjà que je mijote le projet d’adopter un chien et que je me renseigne sur toutes les responsabilités que cela implique. J’ai fait des recherches sur toutes les races de chiens, comment les introduire à mon chat, et finalement dans la dernière année, je me suis rendue sur le site de la SPA littéralement tous les jours, parce que pour moi, adopter d’un refuge était primordial. C’est là que nous rencontrons les animaux avec les meilleures personnalités, en plus de sauver des vies. Cet été, j’ai amassé assez d’argent pour acheter mon chien toute seule et subvenir à tous ses besoins, j’attendais seulement de voir le bon chien pour ma famille et moi apparaître sur le site de la SPA Mauricie. Ce chien, je l’ai aperçu il y a quelques semaines déjà, c’est une femelle, son nom est Capitaine et elle est une pitbull croisé Husky de taille moyenne. Je suis allée l’observer à la SPA plusieurs fois, pour être certaine de mon choix, je ne voulais rien précipiter, mais plus j’allais la voir, plus je m’attachais. Aujourd’hui enfin, le moment était venu de demander de l’information, et avec de la chance, commencer le processus d’adoption.

De la chance, je n’en ai pas eu. Vous auriez dû voir mon visage défait lorsque j’ai attendu la conseillère d’adoption m’annoncer que dans la ville de Bécancour, tout chien pitbull ou croisé pitbull était à risque d’être saisi. Si j’avais habité à Nicolet ou à Trois-Rivières, il n’y aurait eu aucun problème, mais à Bécancour, ç’a l’air que les préjugés, la discrimination et l’intolérance ont leur place. Je fais même le pari que plusieurs d’entre vous ont fait une drôle de face quand vous avez lu la race du chien que j’aimais. Eh bien laissez-moi vous dire qu’à mon avis, c’était la chienne la plus calme du refuge, elle ne jappait pas quand elle voyait d’autres chiens, elle était propre, elle n’a même pas bougé quand les employées lui ont mis un harnais.

J’ai toujours trouvé que les lois interdisant les pitbulls ou toute autre «race de chiens dangereux» étaient inutiles, intolérantes et totalement injustes. La réalité m’a frappée aujourd’hui. Non seulement ces lois sont discriminantes envers des êtres innocents qui ne demandent qu’à être aimés et bien éduqués, mais elles font aussi en sorte que certains chiens comme Capitaine ont plus de difficulté à se trouver des familles, et ça, c’est juste triste.

Ces chiens ne demandent qu’à se trouver des familles qui vont les aimer peu importe leur race. Ça m’enrage qu’il y ait encore des gens qui peuvent penser qu’un chien d’une certaine race peut naître méchant. Un chien qui attaque réagit à un stimulus; pourquoi punissons-nous les chiens lorsque ça fait des années qu’on s’acharne à essayer de faire comprendre à tout le monde que les maîtres sont le problème? Pourquoi n’y a-t-il pas de lois contre les maîtres dangereux? Parce que ça, il y en a! Je suis même ouverte à faire des compromis et à mettre une muselière, un licou, un harnais à mon chien considéré comme «dangereux» lorsque je le promène, à payer pour le faire examiner chaque année par un expert ou encore à être obligée de suivre des cours de dressage avec lui.

Dis, Ville de Bécancour, est-ce possible de te réveiller? De te moderniser? Je t’aime bien, mais aujourd’hui tu m’as sérieusement donné le goût de déménager. Je t’avoue, je t’ai même haïe pendant quelques heures. Aujourd’hui, une loi injuste sur les «chiens dangereux» m’a empêchée d’adopter le chien que j’aimais.

Je n’ai aucun doute que Capitaine trouvera une famille aimante et que je trouverai le chien parfait pour ma famille et mon lieu de résidence, mais je ne peux laisser passer cette situation sans m’exprimer, parce que ça fait mal de savoir que certains chiens auront de la difficulté à trouver preneur à cause de leur race. Ils ont tellement à offrir. C’est le temps de se réveiller, Bécancour. Les pitbulls faut pas que ça soit tabou. Nicolet l’a fait, Valérie Plante l’a fait à Montréal. Il est peut-être temps que Bécancour sorte la tête de son nombril et s’inspire un peu de ce qui se passe autour pour rassurer ceux qui ont peur en mettant en place des procédés spéciaux pour les chiens comme les pitbulls tout en évitant d’être radical en éradiquant toute forme de chiens considérés comme dangereux.

Sarah Champoux, 17 ans

Secteur Sainte-Angèle

Bécancour