Catherine Deneuve

Cette drague insistante consentie ou pas

J’ai le plaisir depuis quelques années d’animer des visionnements de films au Pavillon St-Arnaud, saison après saison, et je crois que ça fait deux fois que je présente aux personnes qui s’y inscrivent ce film sublime qu’est La peau douce de François Truffaut.

Eh bien, je viens de songer à cette œuvre que le regretté réalisateur français avait faite en 1964.

Quand et pourquoi? C’est lorsqu’est survenue, il y a quelques jours, cette polémique au sujet de la drague qui pourrait être consentie de façon bienveillante comme l’a explicité un groupe de femmes de France sous la gouverne de Catherine Deneuve dans le sillage des dénonciations faites autour du mouvement #MoiAussi et qui pourraient être abusives.

C’est que dans La peau douce, on assiste vers la fin à une scène extraordinaire de drague non-sollicitée dans la rue. Une femme pressée – qui vient d’aller quérir à un comptoir des photos où elle a découvert que son mari la trompe – se voit soudain poursuivie sans ménagement.

Ici une drague insistante qui, semble-t-il, ne déplairait pas aux Françaises dans certaines circonstances, s’avère totalement inappropriée. La scène est saisissante. Je vous la livre sans autres commentaires.

«N’avez pas besoin d’un p’tit coup de main?», lui dit celui qui croit à une occasion insolite. «Vous voulez faire un p’tit tour avec moi? Non vraiment? Êtes-vous tellement pressée? Vous voulez qu’on aille au restaurant? Ou qu’on passe un petit moment chez moi, si vous voulez?»

Celle qui jusque là avait été une femme rangée et qui avait, par conséquent, navigué dans une sorte définie de bonheur conjugal répondra avec colère: «Qui êtes-vous? Pour qui vous prenez-vous? Qu’est-ce que vous croyez? Qu’est-ce que vous espérez? Qu’est-ce que les femmes vous disent d’habitude? Est-ce qu’elles s’annoncent toutes? Vous les amenez peut-être à la campagne? Vous vous prenez sûrement pour un don juan, un homme irrésistible? Hein? C’est ça? Est-ce que l’amour, c’est spécialement bien avec vous? Est-ce que vous vous êtes seulement regardé une fois dans la glace? Rien qu’une fois?»

Réjean Martin

Trois-Rivières