Catherine Dorion

Catherine Dorion: une rebelle?

Tout le monde parle de la tenue vestimentaire de la députée de Taschereau, Catherine Dorion, et je ne fais pas exception. Après avoir lu la chronique de Jean-Marc Beaudoin dans Le Nouvelliste de samedi, le 9 décembre, je suis en partie d’accord avec lui, mais pas totalement. Il y a une grande ouverture d’esprit de sa part et c’est louable. Cependant, je ne suis pas d’accord que les gestes de Catherine Dorion «décrottent un peu notre société sclérosée et vieillissante». Ces mots sont méprisants en comparant la société actuelle avec la vieillesse. Ce ne sont pas tous les vieux qui sont sclérosés et qui ont perdu l’esprit. Certes, il y a des failles dans notre société et tout n’est pas parfait.

La tenue vestimentaire de Catherine Dorion n’est qu’un signe de sa personnalité. Sans être psychologue ou psychiatre, en l’observant, je vois en elle une éternelle rebelle dont j’ignore l’origine de sa rébellion. Lors de l’écoute de l’émission La Joute de vendredi dernier, une analyste politique disait «qu’elle aimait mieux l’entendre que de la voir».

La députée est probablement une idéaliste qui veut changer le monde, mais elle le fait d’une drôle de manière en provoquant, dénigrant, détruisant tout ce qui l’entoure. Son langage vulgaire et populiste ne plaît pas à tout le monde. Il y a certainement des mots du vocabulaire qu’elle voudrait retirer tels que: respect, courtoisie, bonnes manières, civilité. Pour elle, ce ne sont que des mots superficiels qui ne veulent rien dire et qui sont hypocrites. Elle se dit «anticapitaliste», mais elle conduit une luxueuse voiture.

À 36 ans, elle a la rage au cœur et semble sortir de la jungle en arrivant en ville et aimerait bien qu’on retourne dans cette jungle avec elle.

Elle devrait prendre l’exemple d’une bonne conduite envers la société de la part de la vice-première ministre, Geneviève Guilbault, qui fait son travail avec beaucoup de classe, de calme et de sobriété.

Jocelyne Bruneau

Trois-Rivières

Où sont les priorités?

Il était une fois une conseillère bergère et ses moutons qui font la sourde oreille à la population qui s’inquiète de la Vision zéro proposée par la bergère... N’y a-t-il pas autre chose de plus important à faire avec nos taxes comme améliorer l’état de nos rues, revitaliser des secteurs de la ville, etc.? J’espère que les citoyens vont s’en souvenir aux prochaines élections. Par contre, merci aux conseillers Renaud-Martin, Cournoyer et Cormier qui se tiennent debout et n’ont pas peur de s’affirmer!

Luc Marcotte

Trois-Rivières