Carrefour des lecteurs

Vent de changement au conseil municipal

Il y a de ces séances extraordinaires du conseil municipal de Trois-Rivières qui font de grosses vagues. J’étais présente lundi après-midi et, malheureusement, j’en ai constaté toute l’amplitude.

Les conseillères et conseillers qui ont voté contre le budget lundi veulent avoir le temps d’analyser exhaustivement les nombreux documents présentés tardivement. De même, ils voudraient voir certaines de leurs demandes être prises en considération, si j’en crois certains d’entre eux. Question de sagesse et de légitimité!

Et dire que leur sagesse et leur prudence leur ont valu des reproches non camouflés et des suppositions bien tendancieuses de la part du maire Lévesque. Selon sa perception, d’ex-conseillers de l’ancien conseil municipal seraient derrière leur refus d’adopter ledit budget. Et, toujours selon le maire, puisque certains d’entre eux ne sont en poste que depuis un mois, ils n’ont pas assez d’expérience pour rendre un jugement sur le budget. C’est bien mal les connaître!  

Malgré le peu de temps en poste, ils ont toutes et tous l’habileté à juger de leur propre chef les enjeux de ce vote important. Ils sont allumés et bien articulés.

Nous sommes habitués à un maire colérique refusant souvent toute forme de modification à son plan.  

Ce n’était qu’une question de temps avant que le chat ne sorte du sac. Monsieur Lévesque a aussi exprimé son irritation face à la réunion que les nouveaux élus avaient organisée, en début de mandat, dans le but de cibler leurs expériences et affinités pour offrir un meilleur impact dans les comités pour lesquels ils ont une attirance. Ça ne lui a pas plu!

Pis encore est l’annonce du maire Lévesque lue dans Le Nouvelliste du 19 décembre, faisant état de son absence de la séance ordinaire du 8 janvier 2018.  

Ouf! Ça promet pour les mois à venir si le maire garde cette attitude.  

Carole Langevin

Trois-Rivières

***

Un vent de fraîcheur

J’ai poussé un soupir de bonheur à la lecture de mon Nouvelliste lundi à propos du rejet du budget. Finie l’oligarchie au conseil de ville. Terminé le fricotage d’Yves Lévesque. Fini le règne de la grande noirceur. Merci au conseil municipal pour ce message clair au roitelet de jadis. 

C’est vrai que c’est pathétique M. Lévesque, mais dans le vrai sens du mot: touchant, émouvant, bouleversant. Pas dans le sens de «déplorable» que vous vouliez probablement éructer. Vous ne voulez pas travailler en équipe? Alors boudez. 

Louis Rivard

Trois-Rivières