Carrefour des lecteurs

Fermeture de l’Accorderie de Trois-Rivières: quel dommage!

J’aimerais partager avec vous l’expérience plus qu’enrichissante que j’ai eu la chance de vivre depuis presque deux ans en tant que membre «Accordeure» et membre du conseil d’administration de l’Accorderie de Trois-Rivières.

Étant de retour dans ma ville natale à l’été 2016 après plus de 25 ans d’absence, j’ai été, par un heureux hasard, dirigée vers cet organisme dont je ne connaissais absolument rien.

Je suis entrée dans un monde dont la mixité incroyable en fait toute sa valeur humaine, dans le vrai sens du terme. J’y ai côtoyé des gens de tous genres: des jeunes, des moins jeunes, des professionnels, des démunis, des professeurs, des analphabètes et tous, je dis bien tous, avaient le même point commun: l’entraide! Tous avaient leurs services (de toutes sortes) à offrir en échange.

J’ai vu de mes yeux la force que chaque personne peut apporter aux autres lorsque l’on s’unit tous ensemble. Il s’y dégage comme une énergie contagieuse qui apporte un bien énorme pour chacun de nous.

C’est probablement de là que vient l’expression «l’union fait la force».

Cela fait en sorte de sortir les gens de leur isolement et de favoriser les échanges humains. Quelle révélation ce fut pour moi dans ce monde si matérialiste!

Il est vraiment dommage que l’Accorderie doive fermer ses portes pour des raisons purement monétaires alors qu’il est question ici d’un organisme purement humain.

Andrée Côté

Membre «Accordeure» et membre du CA de l’Accorderie de Trois-Rivières

«Adresser» des problèmes? À qui?

Le 22 avril, plus par désoeuvrement que par réel intérêt, j’écoutais «Tout le monde en parle» à la télévision de Radio-Canada lorsqu’est venu le tour de Marc Bergevin, le gérant des Canadiens de Montréal, de répondre aux questions du très mielleux Guy A. Lepage.

Photo; Andre Pichette / La Presse-  La Presse- Sports  Numéro de l’affectation: P-SPO-2018-04-09-2814  Sujet: Conférence de presse du propriétaire et président, Geoff Molson, et du directeur général, Marc Bergevin (D)   09-04-2018  Photo; Andre Pichette / La Presse

N’étant pas un grand amateur de hockey, je ne peux dire si monsieur Bergevin est un bon gérant. Cependant, ce que je peux vous affirmer c’est que c’est un bon patineur. Par ailleurs, je crois avoir trouvé l’explication aux difficultés qu’éprouve le Canadien: Bergevin, plutôt que de tenter de régler les problèmes de son équipe, se contente de les adresser («to address»). À qui? Ça, il ne l’a pas dit.

Vraisemblablement au mauvais destinataire, compte tenu des piètres performances de l’équipe.

Gilles Leycuras

Trois-Rivières