Pour l’auteur de cette lettre, la consommation de cannabis reste d’abord et avant tout un choix, au même titre que le tabac et l’alcool.

Cannabis: le point de vue d’un consommateur

D’emblée je dois le dire: oui, je suis comme certains aiment les appeler «un fumeur de pot». Mais pourtant, je suis totalement contre cette légalisation. En lisant différents articles dans les journaux ou en écoutant des bulletins de nouvelles, plusieurs spécialistes se prononcent sur le sujet, émettant plusieurs hypothèses, sur la consommation du cannabis. Mais qu’en est-il du public cible, nous les consommateurs?

À la base, notre gouvernement voulait légaliser le cannabis pour enrayer le crime organisé, ce qui n’est pas une mince affaire. Leur premier échec: les rabais volume, chaque consommateur vous le dira. Quand on achète une plus grosse quantité notre prix varie selon le volume. C’est là qu’il se sort complètement de la course. Donc pourquoi irais-je l’acheter légalement au double du prix? Pour m’assurer de sa qualité? Pour avoir l’esprit tranquille? Non.

Pour l’âge minimum, la loi fédérale l’a fixé à 18 ans, mais M. Legault souhaite l’augmenter à 21 ans. J’ai commencé à fumer du pot à 15 ans. Il était illégal et dans un marché fermé. Maintenant, il sera disponible un peu partout. Avez-vous réellement attendu votre majorité pour boire de l’alcool? J’en doute fortement.

Seule la SQDC pourra vendre du cannabis, ça vous dit quelque chose? La loi nous autorise 30 grammes en sa possession. Pour les gens qui n’ont aucune idée de ce que ça représente, je vous fais un calcul simple. Ma consommation mensuelle est d’environ une once (28 g); je fume 1 à 2 joints par jour, tous les jours. Donc tirez vos propres conclusions... J’ai bien l’impression qu’on se retrouvera avec de la contrebande légale et illégale.

La culture à domicile, mon pays me l’autorise, mais ma province non. Trouvez l’erreur. J’espère que je ne vous apprends rien en vous disant que la culture à domicile existait avant la légalisation et existera toujours après. Je doute fort qu’un inspecteur fasse le tour des résidences pour inspecter votre cour.

Les facultés affaiblies... Prenons exemple sur moi, qui consomme tous les jours. Vu la politique de tolérance zéro, je serais inapte à conduire mon véhicule, voire même travailler en tout temps. Soyez réaliste! Beaucoup de gens souvent mal informés comparent souvent les effets de l’alcool et du pot. Seriez-vous un peu naïfs de croire que personne ne conduit son véhicule gelé? Si oui, ne prenez plus le volant...

Pour ceux qui pensent qu’à partir du 17 octobre, les rues vont être bondées de fumeurs de pot, détrompez-vous. Encore une fois, question de rendre ça encore plus compliqué que ce ne l’est déjà, la province y va du même règlement que la Loi sur la tabac; par contre depuis deux semaines, chaque ville y va de sa propre réglementation. Comment faire pour s’y retrouver?

En terminant, la consommation de cannabis reste d’abord et avant tout un choix, au même titre que le tabac et l’alcool. À vous de juger si ça en vaut le coup.

Michaël Rheault

Bécancour