«Bye Bye 2019»: à oublier!

OPINIONS / Engager des nouveaux comédiens pour faire changement ou parce qu’ils ont gagné un trophée ou ont eu une nomination quelconque à un gala a été une très mauvaise idée cette année.

Anne-Élisabeth Bossé, Mehdi Bousaidan et Julie LeBreton n’ont pas été à la hauteur. Ils sont peut-être bons dans leur série ou émission respective mais n’ont pas su être à la hauteur pour un Bye Bye. Heureusement qu’il y avait Pierre Brassard – qui n’a pas eu assez de rôles –, Patrice L’Écuyer, Claude Legault et Guylaine Tremblay.

Quand on fait un Bye Bye, on doit miser sur des valeurs sûres. Ce n’est pas le temps de tester le public (très connaisseur après cinquante ans de longévité) et de remplacer la crème des comédiens très, très talentueux habitués à jouer dans les Bye Bye. Ça prend des vieux de la vieille, comme on dit.

Ramenez-nous les Véronique Claveau, Véronique Cloutier, Anne Dorval (l’indispensable!), Yves Jacques, Marc Labrèche, Louis Morissette, René Simard, etc.: des talents purs.

Mais la principale et la plus grosse erreur revient aux auteurs et scripteurs de cette édition 2019. Ils n’ont pas su relever le défi avec brio et ont manqué beaucoup d’imagination. Ramenez-nous des professionnels comme les François Avard, Rafaële Germain, Guillaume Lambert, Jean-François Mercier, Louis Morissette. Des faiseurs de vraies scènes qui ont eu du mordant et de l’irrévérence quand c’est le temps de montrer les crocs lorsqu’il s’agit de l’émission la plus regardée de l’année. Ont-ils été remplacés parce qu’ils coûtaient trop cher? Question de budget? Peut-être qu’on ne le saura jamais.

Que dire, enfin, de certains sketchs comme celui du «lait qui est pas là» (dans le Guide alimentaire canadien) et dans lequel on se tape dessus pendant 50 secondes – c’est long! – avec n’importe quoi dans les mains. On a vu Simon-Olivier Fecteau et sa gang hilares dans les coulisses concernant ce sketch. Moi, la parenté et des amis, n’y avons vu et entendu que du criage et du tapochage. On n’a pas compris.

Il y avait aussi ce sketch sur le poil. Comme plusieurs personnes, on n’a pas saisi ni l’idée ni l’exécution. Il a dû y avoir une semaine en 2019 qui nous a échappé et dans laquelle il y a eu un bogue ou une fixation sur le poil, à la télé, à la radio ou ailleurs. En tout cas, on n’en a pas eu connaissance. Encore 50 secondes de niaiseries.

Et Céline Dion... Non seulement Anne-Élisabeth Bossé ne lui ressemble pas – et personne n’a tenté de lui faire une quelconque ressemblance –, mais le sketch lui-même était nul et ne voulait rien dire. On n’a pas compris.

J’aurais encore plusieurs exemples mais je m’arrête ici.

Comme à chaque année, il y avait plein de bons sujets d’actualité à exploiter mais pas d’auteurs qualifiés pour faire ressortir le côté ironique et vicieux de chaque nouvelle; c’est ça, un Bye Bye.

En résumé, à Simon-Olivier Fecteau et ses petits nouveaux comédiens et auteurs: ne faites plus de tentatives pour essayer de faire drôle, parce que ça n’a pas marché en 2019, selon plusieurs. Alors si vous êtes dans le décor pour le prochain Bye Bye, ne refaites pas les mêmes gaffes. Soyez à l’écoute, principalement des téléspectateurs qui, eux, sont très fidèles et très bon public à tous les Bye Bye.

Je suis une irréductible, fidèle et habituée des Bye Bye depuis 51 ans. Mais celui de 2019 ne méritait pas plus qu’une note de 4 sur 10.

Ginette Houle

Trois-Rivières