Bravo, M. Trudeau

Pour une fois, le premier ministre du Canada prend une position ferme : pas question selon lui d’accepter que Vladimir Poutine participe à la prochaine réunion du G7 à l’automne à Washington. Ce dernier a été exclu de ce groupe en raison de l’intervention russe en Ukraine, avec notamment l’annexion de la Crimée. À juste titre, il ne faut pas agir comme si cette violation flagrante du droit international n’avait pas eu lieu et que le tout doit être oublié comme chose du passé.

L’histrion matamore de la Maison-Blanche n’a que faire des règles internationales, ayant de plus un faible pour les dirigeants à poigne, lui qui veut maintenant déployer l’armée américaine dans tous les États-Unis pour mater les protestations antiracistes. Il est temps que les autres dirigeants du G7 disent haut et fort à Donald Trump que le droit international existe toujours et qu’il impose des obligations aux États. La règle de base de ce droit est le respect de l’intégrité territoriale des États, ce que la Russie n’a manifestement pas fait pour l’Ukraine.

Michel Lebel, Entrelacs