Marcel Poirier, malgré ses 91 ans, enseigne toujours le français.

Bravo et merci, monsieur Poirier!

OPINIONS / En réaction à la lettre d’opinion de Marcel Poirier intitulée «Honte à nous, Québécois!», publiée dans notre édition du 25 novembre dernier.

Oh, que j’acquiesce à cette opinion! Un vrai sage, ce monsieur Marcel! Et il réside ici avec nous à Place Belvédère. Une perle... de culture! Quel honneur de le côtoyer!

Enseignante au primaire de 1960 à 2002 avec du temps entre ces années pour fonder une famille et m’en occuper avec mon mari, l’enseignement du français n’a jamais été une corvée pour moi. J’ai pris ma retraite juste avant les téléphones intelligents car des enfants de 6e année jouissent déjà de ce privilège sans avoir complété les notions à acquérir pour s’exprimer et écrire correctement. Quelle erreur!

C’est la facilité de se faire comprendre qui importe et non le plaisir de respecter notre langue, le fondement d’un peuple.

J’ose croire que l’outil d’apprentissage rédigé par monsieur Marcel Poirier sera offert en cadeau de Noël cette année. Que les parents-rois ou pas le choisiront pour compléter l’apprentissage des difficultés de la langue française avec leurs jeunes!

Oui, bravo et merci, monsieur Poirier!

Angèle Brouillette

Trois-Rivières